1 min de lecture François Fillon

Présidence UMP : les opérations de vérification des résultats reprendront à 10 heures

Le scénario du pire à l'UMP. François Fillon et Jean-François Copé revendiquent tous les deux la victoire à l'issue du vote pour la présidence du parti. C'est désormais la commission interne qui doit trancher. Mais elle a interrompu ses travaux dans la nuit, s'estimant "dans l'incapacité" de donner un verdict. Le comptage ne reprendra que vers 10 heures ce lundi.

Le vote des adhérents pour désigner un nouveau président à l'UMP a tourné à la foire d'empoigne
Le vote des adhérents pour désigner un nouveau président à l'UMP a tourné à la foire d'empoigne Crédit : AFP / Thomas Coex
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et Jérôme Florin

Les adversaires au coude à coude

Les observateurs du petit monde de la politique avaient sans doute tout imaginé pour cette élection du nouveau patron de l'UMP. Mais pas vraiment le scénario qui s'est écrit cette nuit. Le vote des adhérents a, en effet, tourné à la foire d'empoigne, les deux camps s'accusant de fraude, et les deux candidats revendiquant chacun la victoire.

Dimanche à 23h30, alors qu'une pluie d'annonces de contestations s'était abattue sur le scrutin, Jean-François Copé a le premier revendiqué la victoire au siège de l'UMP, prenant son rival de vitesse. "Les militants et les militants de l'UMP viennent aujourd'hui de m'accorder la majorité de leurs suffrages et ainsi de m'élire comme président de l'UMP", a-t-il lancé devant ses partisans. Son entourage a assuré qu'il avait "1.000 voix" d'avance sur François Fillon.

Peu après, c'était au tour de l'ancien Premier ministre de venir annoncer sa "courte victoire de 224 voix", tout en prévenant que ses résultats devaient être officialisés par la commission interne du parti, la Cocoe. "Je ne laisserai pas la victoire échapper aux militants", a-t-il averti, reprenant une phrase lancée en 2008 par Ségolène Royal lors du délétère congrès du PS à Reims, où elle contestait la victoire à sa rivale Martine Aubry.

Les opérations de vérification des résultats ont été suspendues dans la nuit au siège de l'UMP, la commission électorale interne n'ayant pas reçu cinquante procès-verbaux, a expliqué son président, Patrice Gélard.

Les deux états-majors s'accusent mutuellement d'irrégularités dans plusieurs départements (Alpes-Maritimes, Haute-Garonne, Bouches-du-Rhône, Hauts-de-Seine, Gard...).

L'enjeu est d'importance. Le vainqueur, qui sera président de l'UMP jusqu'en 2015, aura une longueur d'avance pour la présidentielle de 2017 même si l'échéance décisive sera la primaire de 2016 et si Nicolas Sarkozy pourrait vouloir troubler le jeu.

ANIMATION - Le congrès de l'UMP, mode d'emploi
(cliquez sur l'image pour découvrir l'animation)
Le congrès de l'UMP : mode d'emploi

Lire la suite
François Fillon Jean-François Copé Politique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants