1 min de lecture Alimentation

Pour la première fois depuis quinze ans, l'obésité des adultes français marque le pas

C'est une bonne nouvelle. Pour la première fois en quinze ans, la progression de l'obésité semble marquer le pas en France, selon une enquête nationale rendue publique mardi. On dénombre quand même près de 7 millions d'adultes obèses dans notre pays.

Il y a 15% d'obèses en France.
Il y a 15% d'obèses en France. Crédit : AFP / Archives
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et Carole Laporte-Many

Plus de 6,9 millions d'obèses

Selon la sixième édition de l'étude trisannuelle ObEpi-Roche, réalisée auprès de plus de 25.000 personnes âgées de plus de 18 ans, l'obésité touche en 2012 15% de la population adulte, correspondant à un peu plus de 6,9 millions d'obèses, soit environ 3,3 millions de plus qu'en 1997.

Les Français s'arrondissent : en quinze ans, ils ont pris en moyenne 3,6 kilos tandis que leur tour de taille gagnait 5,3 cm (passant de 85,2 centimètres à 90,5 centimètres). Il y a certes une augmentation relative du nombre d'obèses par rapport à 2009, mais "cette différence n'est pas statistiquement significative", indique le professeur Arnaud Basdevant, spécialiste de la nutrition.

Chez les enfants, on observe la même chose dans notre pays, dit-t-il en évoquant cette tendance à l'arrêt de la progression de cet excès de kilos.

L'écart qui se creuse entre femmes et hommes

Toutefois, le ralentissement global de la progression de l'obésité chez les adultes des deux sexes, relevé par l'étude ObEpi, devra être confirmé par d'autres études, soulignent les épidémiologistes. C'est donc un "constat nuancé" que dresse le Pr Basdevant car certaines tendances observées chez les femmes, les jeunes et les plus modestes restent préoccupantes.

La fréquence de l'obésité augmente avec l'âge. Mais c'est dans la tranche des 18-24 ans son augmentation a été la plus franche entre 2009 et 2012 (+35% alors que la variation va de -1,5% à +4,5% à d'autres âges). "C'est embêtant", car certaines complications handicapantes (apnée du sommeil, asthme, douleurs articulaires...) peuvent survenir plutôt chez des jeunes atteints de grande obésité, avant les complications classiques (diabète, problèmes cardio-vasculaires...), selon le Pr Basdevant.

Autre point d'inquiétude, l'écart qui se creuse entre les femmes et les hommes. D'après l'enquête ObEpi, depuis neuf ans, l'obésité augmente plus rapidement chez les femmes et sa fréquence reste plus élevée chez elles (15,7%) que chez les hommes (14,3%). Et, depuis 15 ans, l'augmentation de l'obésité est plus nette chez les femmes, notamment chez les 18-25 ans (+89,2% contre +62,5% chez les hommes).

En revanche, la fréquence du surpoids reste toujours plus importante chez les hommes (38,8% contre 26,3% chez les femmes). Le pays compte d'ailleurs 14,8 millions d'adultes en surpoids.

Disparités régionales et sociales


L'enquête 2012 confirme les disparités régionales et sociales observées depuis 1997. Chez les gens qui se disent financièrement "à l'aise", la fréquence de l'obésité est en dessous de la moyenne nationale, alors qu'elle atteint 30% chez ceux qui disent "ne pas y arriver sans faire de dettes". Ces derniers souffrent également plus souvent de diabète. Il y a d'ailleurs sept fois plus d'obèses traités pour diabète que chez les gens de poids normal.

L'enquête ObEpi 2012 confirme les disparités régionales en métropole avec un gradient décroissant Nord-Sud de l'obésité : 21,3% dans le Nord-Pas de Calais, région la plus touchée, et 11,6% en Midi-Pyrénées; de même qu'un gradient Est-Ouest : 18,6% en Alsace contre 12,0% en Bretagne.

La fréquence de l'obésité est en outre supérieure à la moyenne nationale dans toutes les régions du Bassin Parisien, avec en tête la Champagne-Ardenne et la Picardie (20,9% et 20%).

Enfin, l'enquête par questionnaire n'a pas relevé d'excès de cancers traités parmi les obèses, pourtant plus à risque, selon de nombreuses études. Un point qui mériterait bien sûr vérification.

Lire la suite
Alimentation Société Social
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants