1 min de lecture Faits divers

Pollution : la fuite de gaz en Normandie est-elle dangereuse ?

Une odeur nauséabonde de gaz provenant d'une usine chimique de Rouen a incommodé de nombreuses personnes, jusqu'à Paris, dans la nuit de lundi à mardi. Un phénomène qui a suscité de l'inquiétude dans la population, même si les autorités ont rapidement démenti tout risque pour la santé. Qu'en est-il réellement ? Le mercaptan, appelé aussi méthanetiol, est-il toxique ? Faut-il craindre un "syndrome Tchernobyl" ?

Carole Laporte-Many et Elizabeth Martichoux

Une concentration insuffisante pour être toxique

Le mercaptan, qui s'est échappé lundi d'une usine chimique de Rouen est un gaz nauséabond couramment utilisé pour "parfumer" le gaz de ville, inodore, afin de repérer les fuites et prévenir ainsi les accidents. A faible concentration, les manifestations chroniques sont essentiellement l'irritation des yeux, des muqueuses respiratoires et de la peau. Il peut s'avérer toxique à forte concentration.

En l'occurrence, le ministère de l'Intérieur a indiqué que le méthanetiol était présent à "un seuil de concentration très faible" et qu'il "ne présente pas de risques pour la santé". Le méthanetiol est cependant un produit classé officiellement comme "toxique par inhalation" et "dangereux pour l'environnement".

Les services de secours débordés

La fuite a en tout cas provoqué une belle panique. Les émanations ont commencé lundi matin après que l'entreprise Lubrizol a détecté une réaction chimique imprévue. Elle s'est produite lundi vers 8 heures dans cette usine classée Seveso seuil haut (risque majeur). Dans la nuit de lundi à mardi l'odeur, poussée par les vents, a remonté la vallée de la Seine avant d'être ressentie dans les rues de Paris, où elle était encore perceptible à l'aube.
  
Des milliers d'appels ont été reçus par les services de secours, qui ont très vite été saturés, en Normandie comme en Ile-de-France. En Seine-Maritime, ils ont reçu dans la soirée de lundi quelque 2.900 appels d'habitants inquiets. Dans le Val-d'Oise, les pompiers ont reçu 2.130 appels pour ce motif, entre minuit et 7h30 (sur un total de 4.500). Devant l'avalanche téléphonique, les autorités ont demandé à la population de ne plus appeler les secours, notamment les numéros 18 et 112, afin de ne pas saturer les centres de secours.

Un incident résolu dans la journée ?

Qu'en est-il du nuage lui-même ? L'incident est-il clos à l'usine ou le dégagement se poursuit-il ? L'entreprise explique avoir "bon espoir" que l'incident soit résolu dans la journée. Le site normand appartient à Berkshire Hathaway, la holding de l'influent homme d'affaires américain Warren Buffett.

Les pompiers de Paris estiment de leur côté que le nuage devrait se dissiper "naturellement en fonction des conditions météorologiques".
 
L'incident n'a en tout cas pas provoqué de dégâts matériels sur le site, d'après l'entreprise. La porte-parole de la société Lubrizol, Nathalie Bakaev a précisé que l'usine, située sur les communes de Rouen et du Petit-Quevilly, au sud de la cité normande, n'avait pas eu à évacuer ses quelque 300 salariés. Mardi matin, "c'est tout à fait respirable dans les bureaux, même si l'odeur n'est pas très agréable", a-t-elle expliqué.
  
Effet collatéral de l'incident, quoi qu'il en soit, le match des 16èmes de finale de Coupe de France Rouen (Nat) - Marseille (L1), prévu mardi soir à Rouen, a été reporté. Les joueurs de l'OM devaient rentrer à Marseille par avion dans l'après-midi.

Carte de localisation de l'usine Lubrizol, à Rouen

Lire la suite
Faits divers Accident Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants