1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Zyed et Bouna : Marion Maréchal-Le Pen s'en prend à "la racaille" et assume ses propos
1 min de lecture

Zyed et Bouna : Marion Maréchal-Le Pen s'en prend à "la racaille" et assume ses propos

La députée frontiste crée la polémique sur Twitter avec un commentaire sur la relaxe des deux policiers poursuivis après la mort des deux adolescents.

Marion Maréchal-Le Pen le 14 avril 2015 à l'Assemblée
Marion Maréchal-Le Pen le 14 avril 2015 à l'Assemblée
Crédit : ERIC FEFERBERG / AFP
Zyed et Bouna : Marion Maréchal-Le Pen s'en prend à "la racaille" et assume ses propos
00:43
La rédaction numérique de RTL & AFP

Marion Maréchal-Le Pen persiste et signe. Les commentaires de Marion Maréchal-Le Pen après l'annonce de la relaxe des deux policiers ont suscité une vague d'indignation sur les réseaux sociaux ce lundi 18 mai. "Ce verdict prouve que la racaille avait bien mis la banlieue à feu et à sang par plaisir et non à cause d'une bavure policière. #ZyedetBouna", a posté la députée du Vaucluse sur son compte Twitter

En meeting à Saint-Germain-Lès-Arpajon, dans l'Essonne, lundi soir, la députée frontiste a assumé son utilisation du terme "racailles". "Ce fut trois semaines de banlieues mises à feu et à sang. Je me félicitais que les policiers mis en cause soient relaxés. Par conséquent, ces trois semaines d'émeutes étaient plus de la provocation et du plaisir de racailles. Je le revendique, même si je dois être la dernière, avec le FN, à utiliser les mots justes pour qualifier la réalité. Nous continuerons à le faire", a-t-elle affirmé sans détour.

Les deux policiers poursuivis pour non-assistance à personne en danger après la mort de Zyed et Bouna ont été relaxés lundi par le tribunal correctionnel de Rennes, 10 ans après le décès des deux adolescents à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) dans un site EDF. Le drame avait entraîné trois semaines d'émeutes dans les banlieues françaises.

"Pensées" pour deux autres victimes

La députée a fait suivre son premier message du suivant : "Pensées pour Jean-Jacques Le Chenadec et Jean-Claude Irvoas, victimes de la violence des émeutiers et aujourd'hui oubliés. #ZyedEtBouna"

À lire aussi

Une référence à deux hommes tués en Seine-Saint-Denis pendant les émeutes de 2005, le premier, âgé de 61 ans, d'un coup de poing lors d'une altercation avec des jeunes à Stains ; le second, âgé de 56 ans, dans une rixe à Épinay-sur-Seine. 

La présidente du FN Marine Le Pen, a elle envoyé un tweet plus sobre que celui de sa nièce : "Aujourd'hui, justice a été rendue".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/