2 min de lecture Egypte

Ziad Bahaa Eldin, probable futur Premier ministre de l'Egypte

Les noms qui composeront le gouvernement égyptien se précisent. Ziad Bahaa Eldin sera "très probablement" nommé Premier ministre en Egypte, tandis que Mohamed ElBaradei prendra la vice-présidence.

micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

"Ziad Bahaa Eldin sera très probablement nommé Premier ministre et Mohamed ElBaradei vice-président", a indiqué Ahmad al-Mouslimani, porte-parole de la présidence qui s'exprimait quatre jours après le coup militaire qui a déposé l'ancien président Morsi.

M. Bahaa Eldin, 48 ans, a dirigé plusieurs institutions chargées des investissements étrangers ou de la surveillance des marchés, puis fait partie du conseil d'administration de la banque centrale.

L'avocat d'affaires de formation est entré en politique après la chute de Hosni Moubarak début 2011 comme l'un des dirigeants d'une formation laïque de centre-gauche, le parti social-démocrate égyptien, et avait été élu député d'Assiout (sud) fin 2011 .
Il est le fils d'un écrivain et intellectuel égyptien renommé, Ahmad Bahaa Eldin.

Une figure économique importante

Le président par intérim Adly Mansour "penche en faveur des nominations de Bahaa Eldin et Baradei", a-t-il ajouté, en indiquant qu'une décision finale était attendue ce lundi 8 juillet.

À lire aussi
Des avions de la British Airways le 10 janvier 2017. Egypte
British Airways suspend ses vols vers le Caire pour des raisons de sécurité

Dans la nuit de dimanche 7 à lundi 8 juillet cependant, le chef du parti salafiste al-Nour a rejeté cette nomination en raison de l'"affiliation" de Bahaa Eldin au Front du salut national. Le FSN est la principale coalition de l'opposition à Mohamed Morsi."Nous n'avons pas d'objection personnelle (contre M. Bahaa Eldin) qui est une figure économique importante (...) nous rejetons sa candidature parce qu'il fait partie du Front du salut national", a déclaré Younès Makhyoun.

Al-Nour, associé à la transition menée principalement par des mouvements laïques, "veut un technocrate qui fasse consensus ou soit acceptée par 80% à 90%" des Egyptiens.

S'attaquer aux difficultés économiques

Le choix de Mohamed ElBaradei, ancien directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et prix Nobel de la Paix comme chef du gouvernement, s'était déjà heurté aux objections d'al-Nour.


Alors que la transition a été lancée avec la nomination d'Adly Mansour comme président par intérim et la dissolution de la chambre haute a été dominée par les islamistes. Les nouvelles autorités ne donc souhaitent pas s'aliéner les salafistes. 

S'il est nommé, ce choix traduirait une volonté des nouvelles autorités de s'attaquer en priorité aux graves difficultés économiques du pays, en proie à une chute du tourisme, un effondrement des investissements étrangers et une chute de ses réserves de devises notamment.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Egypte Crise en Egypte Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants