2 min de lecture UMP

Wauquiez : "Le FN se nourrit de notre incapacité d'avoir une voix audible"

Laurent Wauquiez veut faire de ses "valeurs" le "point de gravité" de l'UMP nouvelle.

 Laurent Wauquiez, le 3 avril 2013. (archives)
Laurent Wauquiez, le 3 avril 2013. (archives) Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Laurent Wauquiez veut que l'UMP se réinvente autour d'un socle de "valeurs" de droite très assumée - mérite, refus de l'assistanat...- dont il entend être la voix dans le Congrès qui se prépare.

Le député-maire UMP du Puy-en-Velay a effectué dimanche 17 août sa rentrée politique en gravissant, pour la troisième année consécutive, le mont Mezenc, point culminant de la Haute-Loire dont il est l'élu. A cette ascension, il avait convié des maires qui ont conquis des villes aux municipales du printemps dernier: Limoges, Millau, Saint-Etienne, Bourg-lès-Valence... "C'est un message de rupture avec la politique parisienne des appareils", a-t-il expliqué à l'AFP. "Depuis deux ans, c'est ce qui nous a fait faire naufrage. Je suis maire et me méfie beaucoup des élus en chambre, coupés du terrain. Le renouvellement de la droite se fera autour de cette génération".

Rencontre avec Sarkozy

Autre "message" que veut porter l'ancien ministre qui ne se cache pas d'avoir rencontré Nicolas Sarkozy cet été mais assure qu'il n'y a pas eu de proposition d'alliance sur la table : "L'élection à la tête de l'UMP n'est pas un enjeu de casting, mais de valeurs. Mon objectif est d'être la voix d'une droite qui assume ses valeurs".

"La droite dont les Français ne veulent plus, c'est celle du filet d'eau tiède". "Ils en ont assez d'une droite pâle copie de la gauche". Ces valeurs sont, résume le dirigeant du courant "La droite sociale", "effort, mérite, refus de l'assistanat, de toute forme de communautarisme...". Et aussi "le principe d'une rupture avec l'Europe à 28 trop élargie et une éthique personnelle : mon nom n'est associé ni de près ni de loin à l'affaire Bygmalion".

Une "droite sociale"

À lire aussi
Jean-Claude Gaudin le 7 avril 2015 au Sénat. Jean-Claude Gaudin
Jean-Claude Gaudin placé sous le statut de témoin assisté

Alors quid d'un rapprochement avec Nicolas Sarkozy, dont la campagne de 2012 semble au cœur de l'affaire ? Wauquiez pointe une "instrumentalisation" dans tous les dossiers où est cité le nom du précédent président. "S'il décide de revenir, ce sera autour de quoi?" demande l'ancien ministre. "C'est en fonction de ça que je prendrai ma décision".

"Le FN se nourrit de notre incapacité d'avoir une voix audible", soupire-t-il. Une alliance serait-elle possible ? "Hors de question,", répond Wauquiez. Mais "il ne faut pas oublier le message des Européennes. Les électeurs nous ont dit : soit vous changez, soit on vous change".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
UMP Politique Laurent WAUQUIEZ
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants