2 min de lecture Paris

Voies sur berge : Valérie Pécresse propose un plan B à Anne Hidalgo

Opposée à la piétonnisation immédiate des voies sur berge, la présidente de la région Île-de-France lui préfère un report à 2021.

Valérie Pécresse et Anne Hidalgo à Paris le 6 février 2016
Crédit Image : AFP / Thomas Samson

Forte du succès judiciaire des opposants à la piétonnisation des voies sur berge rive droite le 21 février, Valérie Pécresse a proposé dans la foulée à Anne Hidalgo de travailler main dans la main à un nouveau projet.

Si la maire de Paris persiste et signe sa mesure phare pour lutter contre la pollution de l'air, la présidente du Conseil régional d'Île-de-France a détaillé lundi 5 mars son scénario "alternatif" et "progressif" de piétonnisation des voies sur berge, longues de 3,3 kilomètres.

"Un scénario progressif, un scénario qui transformerait cette autoroute urbaine en une rue avec une seule voie à 30 (km/h) et pendant deux ou trois ans de transition vers des véhicules plus propres". L'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy a proposé sur France Inter une piétonnisation totale des voies sur berge en 2021.

Transformer cette "autoroute urbaine en rue"

Pour transformer cette "autoroute urbaine en rue", son plan prévoit, en avril, la réouverture partielle à la circulation sur les quais bas : en semaine, les voitures rouleraient sur une seule voie, à 30 km/heure, tandis que la deuxième serait accessible aux vélos et aux piétons, détaille-t-elle dans Le Figaro. Les quais bas seraient totalement rendus aux piétons et aux vélos les week-ends et les vacances scolaires. 

Puis en 2020, seuls les véhicules propres pourraient y circuler, uniquement la semaine (les piétons y circuleraient le week-end), avant une piétonnisation totale "fin 2021, une fois les mesures d'accompagnement et compensatoires mises en oeuvre".

Florence Berthout, la présidente du groupe LR au Conseil de Paris, avait indiqué vendredi 2 mars que la Région serait "prête à financer" ces mesures, telles que l'augmentation de "la cadence de la ligne 1" du métro, ainsi que la mise en place d'"un bus à haute qualité de service" (sur une voie dédiée) et de "carrefours intelligents".  

"Les coups de force, c'est le contresens de l'histoire"

Pour l'heure, Anne Hidalgo se montre peu sensible aux arguments de Valérie Pécresse. La maire de Paris va prendre un arrêté "permanent" pour maintenir la situation en état. Ce qui fait sortir Valérie Pécresse de ses gonds : "Les coups de force, c'est franchement le contresens de l'histoire."

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés