6 min de lecture François Hollande

VIDÉOS - Remaniement : la semaine où Manuel Valls est entré à Matignon

VIDÉOS - François Hollande a nommé Manuel Valls à Matignon après la débâcle des municipales. Récit d'une semaine lors de laquelle la France a changé de gouvernement.

Manuel Valls à Matignon, le 4 avril 2014
Manuel Valls à Matignon, le 4 avril 2014 Crédit : AFP
Marion Dubreuil
Marion Dubreuil
Journaliste RTL

Manuel Valls a donc quitté la place Beauvau pour Matignon à la faveur de la déroute socialiste aux municipales. Le suspense n'a pas duré longtemps : dès le lendemain des résultats, François Hollande le nommait officiellement Premier ministre à la place de Jean-Marc Ayrault.

Disposant depuis longtemps du statut de favori pour prendre la tête du gouvernement, Manuel Valls a finalement pris la succession de Jean-Marc Ayrault le mardi 1er avril.

Lundi 31 mars

Dès le lundi matin, les rumeurs de remaniement vont bon train. Certains noms circulent : Laurent Fabius, Bertrand Delanoë... Mais celui de Manuel Valls revient plus qu'un autre.

D'ailleurs, en milieu d'après-midi, plusieurs sources au sein de la majorité s'accordent à dire que François Hollande a déjà choisi de nommer le ministre de l'Intérieur à Matignon.  

À lire aussi
Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy, François Hollande Élysée
INFO RTL - Macron reçoit Sarkozy et Hollande à l'Élysée

Le chef de l'État confirme la nomination de Manuel Valls à la tête du gouvernement à 20 heures, dans une allocution télévisuelle préenregistrée.

J'ai donc confié à Manuel Valls la mission de conduire le gouvernement de la France. (...) Ce sera un gouvernement de combat

François Hollande
Partager la citation

Mardi 1er avril

Bruno Le Roux, président du groupe PS à l'Assemblée nationale, salue la nomination de Manuel Valls à Matignon sur RTL

Pour le député socialiste, Manuel Valls représente le nouveau souffle gouvernemental : "Cette personnalité, je la verrais plutôt comme dynamique et porteuse d'un nouvel élan".

>
VIDÉO - Manuel Valls "dynamique" et porteur "d'un nouvel élan", selon Bruno Le Roux Crédit Média : RTL.fr | Date :

La passation de pouvoir entre Jean-Marc Ayrault et Manuel Valls a lieu en début d'après-midi, vers 15 heures à Matignon. "J'ai été très fier d'être votre ministre de l'Intérieur et de vous succéder", dit Manuel Valls en s'adressant à Jean-Marc Ayrault.

Pour sa première prise de parole officielle en tant que Premier ministre, Manuel Valls explique que sa nouvelle feuille de route consistera à "aller encore plus loin" et "plus vite". Cependant, il rappelle qu'il garde à l'esprit la demande de "justice sociale" émanant des Français.

Mercredi 2 avril

Pierre René Lemas, secrétaire général de l'Élysée, dévoile le nouveau gouvernement de Manuel Valls en fin de matinée. Le gouvernement est, comme promis, "resserré" : 16 ministres en tout, et très peu de nouvelles têtes. François Rebsamen et Ségolène Royal intègrent le gouvernement respectivement au Travail et à l'Écologie. 

C'est Bernard Cazeneuve, ancien ministre du Budget, qui prend la succession de Manuel Valls à l'Intérieur. Sa nomination est le fruit d'un compromis entre François Hollande - favorable à François Rebsamen - et Manuel Valls - qui soutenait Jean-Jacques Urvoas. 

Michel Sapin est nommé aux Finances et au Budget, Arnaud Montebourg à l'Économie, Benoît Hamon à l'Éducation nationale ; Laurent Fabius est maintenu aux Affaires étrangères, tout comme Jean-Yves Le Drian à la Défense et Christiane Taubira à la Justice.

Pour l'éditorialiste de RTL Alain Duhamel, cette équipe laisse voir un certain "gauchissement" par rapport à la précédente, et porte davantage la marque de François Hollande que celle de Manuel Valls :

>
VIDÉO - Gouvernement Valls : "Il y a un certain gauchissement" Crédit Image : RTL.fr | Crédit Média : RTL.fr | Date :

Toutefois, aucun ministre écologiste ne figure dans ce nouveau gouvernement, Manuel Valls n'ayant pas réussi à les convaincre de rester. Cécile Duflot et Philippe Martin retrouveront les bancs de l'Assemblée nationale.

Le gouvernement connaît en outre ses premiers couacsLe Commerce extérieur, qui ne fait plus l'objet d'un ministère de plein exercice mais d'un secrétariat d'État, est revendiqué à la fois par Arnaud Montebourg et Laurent Fabius. Et Ségolène Royal, qui fait son retour au premier plan par la grande porte, refuse un temps de quitter la présidence de la région Poitou-Charentes.

La journée se termine sur la première intervention télévisuelle du Premier ministre Manuel Valls, au 20 heures de TF1. Il explique la "mission" que lui a confiée François Hollande : "Redonner confiance".

La rédaction vous recommande

Jeudi 3 avril

Mais Manuel Valls ne connaîtra pas d'état de grâce. Selon un sondage de l'observatoire politique CSA pour Les Echos et Radio classique publié jeudi 3 avril, 41% des Français seulement lui font confiance contre 47% qui disent qu'ils ne lui font pas confiance, et 12% qui ne se prononcent pas pour l'instant.

Si l'équipe gouvernementale nommé la veille est en effet resserrée, les observateurs attendent de connaître le nombre de secrétaires d'État pour juger de la cure d'amaigrissement subie. Ils seront une dizaine, nommés "dans un délai" rapide après le discours de politique générale de Manuel Valls devant les députés, mardi 8 avril.

Pour Dominique Tenza, journaliste au service politique de RTL, "le gouvernement resserré est une promesse jamais tenue" : 

>
VIDÉO - Gouvernement Valls : "Jamais personne n'a tenu la promesse d'un gouvernement resserré" Crédit Image : RTL.fr | Crédit Média : RTL.fr | Date :

La guerre du Commerce extérieur est terminée. Manuel Valls a tranché : le portefeuille sera placé sous l'autorité de Laurent Fabius et rattaché au Quai d'Orsay, tout comme le Tourisme.

vendredi 4 avril

La semaine des premières fois se poursuit pour Manuel Valls avec son premier conseil des ministres en tant que chef du gouvernement. L'ancien maire d'Evry pose à droite du Président pour la traditionnelle photo de classe.

François Hollande, Manuel Valls et les 16 ministres de son gouvernement à l'Élysée le vendredi 4 avril 2014.
François Hollande, Manuel Valls et les 16 ministres de son gouvernement à l'Élysée le vendredi 4 avril 2014. Crédit : AFP / ALAIN JOCARD

L'ancien locataire de la place Beauvau veut imprimer sa marque. Sa méthode consiste à éviter les couacs, faire des réunions plus régulières et avoir plus de discussions avec les parlementaires, explique-t-il.

Mais Manuel Valls doit déjà faire face à la fronde d'une partie des députés socialistes. En exigeant un "contrat de majorité", 65 députés PS se démarquent de la charte de la majorité de Bruno le Roux, président du groupe PS à l'Assemblée. 

Les signataires du contrat de majorité ne veulent pas dire amen au gouvernement, auquel ils imputent la débâcle des municipales. Pour Christian Paul, député de la Nièvre et proche de Martine Aubry, "le temps du parlement est venu". 

Samedi 5 avril

On apprend, samedi 5 avril, que Manuel Valls est allé jusqu'à mettre le projet de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes dans la balance des négociations pour convaincre les écologistes de rester dans le gouvernement. Une infomation confirmée plus tard dans l'après-midi par Emmanuelle Cosse, secrétaire générale d'EELV.

La première semaine de Premier ministre de Manuel Valls se termine dimanche 6 avril, mais sa deuxième semaine sera intense elle aussi avec la présentation de son discours de politique générale mardi 8 avril devant l'Assemblée nationale. 

Lire la suite
François Hollande Jean-Marc Ayrault Manuel Valls
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants