2 min de lecture Mort de Johnny Hallyday

VIDÉOS - "Que je t'aime", "Noir c'est noir"... En musique, les politiques rendent hommage à Johnny

Pour Emmanuel Macron, François Hollande mais aussi Alain Juppé, les hommages à Johnny Hallyday ne pouvaient se faire qu'avec les mots et les chansons de l'artiste.

RTL Midi
François Hollande : "Johnny Hallyday était beaucoup plus à l'écoute du monde qu'on ne le dit"
Crédit Média : RTLnet Crédit Image : BERTRAND GUAY / AFP

L'amour, la tristesse, la passion, la douleur, l'envie... Johnny Hallyday a tout chanté. Et quoi de mieux pour lui rendre hommage que de faire résonner les paroles de ses chansons. Comme beaucoup de Français et de fans, la classe politique a choisi des mots chantés par le rockeur, décédé dans la nuit du mardi 5 au mercredi 6 décembre à l'âge de 74 ans.

Emmanuel Macron a cité deux chanson de Johnny Hallyday pour lui rendre hommage. Reprenant la formule Quelque chose de Tennessee, le président de la République a écrit, en toute simplicité "On a tous en nous quelque chose de Johnny". Dans un communiqué, le chef de l'État a multiplié les références au répertoire musical de Johnny Hallyday. "On a tous en nous quelque chose de Johnny Hallyday, il était le bad boy qui chantait l’amour, le rocker sentimental qui défiait Gabrielle ou Sarah, le cœur tendre allant de conquêtes en déchirures. Nous avons souffert et aimé avec lui". 

Plus loin, il ajoute : "Jusqu’au bout, libre dans sa tête (référence à Diego, ndlr), il aura été cette présence familière, cette voix tant de fois imitée, cette personnalité osant vivre pour le meilleur, et communiquant une énergie fraternelle à ce public qui en retour lui criait : 'Que je t’aime'. Ce public aujourd’hui est en larmes, et tout le pays est en deuil". À cet hommage, il en a ajouté un autre : Emmanuel Macron a aussi partagé une version live de L'envie, chantée à Bercy en 1987.

Jean-Pierre Raffarin s'est aussi senti Tennessee. "Ce matin, on a tous en nous quelque chose qui meurt. La cicatrice traverse trois générations. La mienne, celle qui était en fraternité avec Johnny parce qu’il a accompagné toute notre vie et notamment la plus belle part, celle de la jeunesse. La génération de nos parents à laquelle nous l’avons fait aimer, celle de nos enfants qui ont appris sa musique avant leur parole", écrit-il dans un communiqué. L'ancien premier ministre indique : "Sa générosité lui permettait tout. Il est en nous. Il ne partira que quand nous partirons. Il a incarné la vie, l’amour unique réponse au 'noir c’est noir'". 

Johnny Hallyday - Noir c'est noir

François Hollande a choisi Retiens la nuit, chanson sortie en 1961. Dans un communiqué, l'ancien président de la République a écrit : "Johnny est parti dans la nuit. Nous aurions tellement aimé le retenir. Chacun se sent un peu seul aujourd’hui. Il avait réussi à se faire aimer de toutes les générations, jusqu’à devenir un élément de notre patrimoine musical national. Il n’est plus mais sa voix est toujours là".

Johnny Hallyday "Retiens la nuit" | Archive INA

Pour Alain Juppé, c'est Que je t'aime !, tube de 1969. "'Que je t’aime ! Que je t’aime !' C’est ce que chaque Français a envie de déclarer à Johnny ce matin. Comme il le disait lui-même, il faisait partie de notre vie", a tweeté le maire de Bordeaux.

Johnny Hallyday - Que je t'aime (Live Bercy)
La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés