2 min de lecture Présidentielle 2017

VIDÉOS - "L'Émission Politique" : le violent clash entre François Fillon et Christine Angot

François Fillon a interpellé l'écrivaine : "De quel droit vous me condamnez ? Ce n'est pas car un journal a décidé de m'accuser que je suis coupable".

Christine Angot et François Fillon dans "L'Émission Politique" le 23 mars 2017
Christine Angot et François Fillon dans "L'Émission Politique" le 23 mars 2017 Crédit : Capture d'écran France 2
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

François Fillon est passé pour la deuxième fois dans L'Émission Politique de France 2. L'invitée mystère de cette édition était Christine Angot. L'écrivaine expliquait que si l'ancien premier ministre avait retiré sa candidature, "dans l'hypothèse d'un deuxième tour Les Républicains - Le Front national, on aurait voté pour Les Républicains, sans problème et sans se sentir complice de quoi que ce soit (...) Est-ce que vous comprenez que le front républicain est mis en danger ?"

"De quel droit vous me condamnez ? De quel droit vous estimez que l'emploi de mon épouse était illégal et qu'il était indécent ? On est dans un pays de droit. Ce n'est pas parce qu'un journal a décidé de m'accuser que je suis coupable. Et je ne le suis pas. Vous parlez de votre bracelet, moi j'ai rendu les costumes", a répondu François Fillon.

L'échange s'est poursuivi et est devenu de plus en plus tendu. "Votre parole est malhonnête. Vous savez ce que c'est le pompon de toute cette histoire ? C'est le coup de Bérégovoy. Ça ne passe pas, ça choque les gens. Est-ce que vous nous faîtes un chantage au suicide ? Les gens sont dans le même état que moi. Marine Le Pen attend", expliquait l'écrivaine qui a fini par quitter le plateau. Le plateau est alors en pleine ébullition, à tel point que David Pujadas est obligé d'intervenir. "S'il vous plaît. C'est un débat. C'est une enceinte où on débat tranquillement. Que vous applaudissiez, c'est limite. Mais pas d'invective à l'égard des invités", a-t-il ajouté. 

En début d'émission, François Fillon déclarait que "l'image véhiculée pendant des jours et des jours par la presse me blesse. Je ne me reconnais pas dedans. Elle m'a fait souvent penser à Pierre Bérégovoy. J'ai compris pourquoi on pouvait être amené à cette extrémité quand tout à coup l'image qui est donnée de vous est le contraire de ce que vous êtes".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 François Fillon Les Républicains
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants