1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. VIDÉO ZAPPEUR - Les réactions des politiques après le premier tour des élections régionales
1 min de lecture

VIDÉO ZAPPEUR - Les réactions des politiques après le premier tour des élections régionales

Le Front national est arrivé en tête à l'issue du premier tour des élections régionales le 6 décembre, avec 28,7% des votes.

Élections régionales 2015 en PACA : Christian Estrosi, tête de liste Les Républicains - UDI - MoDem, le 6 décembre 2015
Élections régionales 2015 en PACA : Christian Estrosi, tête de liste Les Républicains - UDI - MoDem, le 6 décembre 2015
Crédit : ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
VIDÉO ZAPPEUR - Les réactions politiques aux résultats du premier tour des régionales
01:44
Eléanor Douet & Ambre Lefèvre

Le premier tour des élections régionales dimanche 6 décembre s'est soldé par une percée du Front National, qui arrive en tête dans six régions de France. En réponse, le Parti socialiste a décidé de se retirer en Nord-Pas-de-Calais-Picardie et en PACA, tandis que le parti Les Républicains refuse tout "front républicain". Les réactions se sont multipliées dans la classe politique après les résultats. "Ce vote confirme ce que les précédents scrutins avaient annoncé, mais que les observateurs officiels ne voulaient pas encore admettre", a annoncé Marine Le Pen arrivée en tête dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie (28,7%). Elle a estimé que le Front national était "le premier parti de France alors qu'il est à peine représenté au Parlement". 

En PACA, Christian Estrosi (LR- 25,3%) est arrivé deuxième, loin derrière Marion Maréchal-Le Pen (41,5%). Après les résultats, il a prononcé un discours rempli de gravité. "Le score de Marion Maréchal-Le Pen fait peser sur notre région, et sur le pays tout entier, une des plus grandes menaces de notre histoire politique", s'est inquiété le maire de Nice. 

À l'issue des résultats, la question de la marche à suivre pour le second tour s'est rapidement invitée dans les débats. Pour Nicolas Sarkozy, président des Républicains, le cap est clair : ni FN, ni PS. "Nous devons impérativement rester fidèles à nos convictions en refusant la tentation trop facile de jouer avec les suffrages des Français en choisissant, je ne sais quel arrangement tactique en contradiction totale avec ce que nous leur avons dit", a-t-il expliqué. Du côté du Parti socialiste, le discours est différent. Les candidats socialistes en PACA et Nord-Pas-de-Calais-Picardie se sont retirés pour faire un "barrage républicain" face au Front national. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/