1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. VIDÉO - Un homme interpellé pour avoir tenté de gifler Manuel Valls
2 min de lecture

VIDÉO - Un homme interpellé pour avoir tenté de gifler Manuel Valls

Lors d'un déplacement à Lamballe, le candidat à la primaire de la gauche a été agressé par un individu qui a finalement été interpellé.

Manuel Valls lors d'un déplacement à Lamballe, le 17 janvier 2017
Manuel Valls lors d'un déplacement à Lamballe, le 17 janvier 2017
Crédit : Capture d'écran Le Télégramme via Dailymotion
Un jeune homme a tenté de gifler Manuel Valls
00:54
Julien Absalon & Nicolas Bauby

Encore un déplacement mouvementé pour Manuel Valls. À Lamballe (Côtes d'Armor), mardi 17 janvier, un jeune homme a tenté de gifler le candidat à la primaire de la gauche, qui venait de sortir de l'hôtel de ville au terme d'une rencontre avec des élus de la commune. L'individu a été aussitôt plaqué au sol puis interpellé par des gendarmes, comme en témoigne une vidéo mise en ligne par Le Télégramme.

Les images montrent en effet que le jeune homme, aux cheveux bouclés, a tenté de donner un léger coup au visage de l'ancien premier ministre, qui a été rapidement entouré et mis en sécurité par ses gardes du corps. L'agresseur a été immédiatement plaqué par un responsable de la sécurité, qui l'a violemment attrapé au cou pour le neutraliser au sol, contre un grillage. Âgé de 18 ans, il a été placé en garde à vue et pourrait être poursuivi pour violences sur personne dépositaire de l'autorité publique. Dans ce cas, il encourt jusqu'à trois ans de prison et 45.000 euros d'amende, selon le code pénal.

Selon le récit de France Bleu Armorique, Manuel Valls a indiqué qu'il allait bien à Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, présent au moment des faits. Peu après ce moment de tension, le candidat a continué sa visite.

Valls "n'a pas peur"

Peu après, Manuel Valls a réagi face à la presse pour condamner en premier lieu cette agression : "Si je suis engagé, c'est parce que je n'ai jamais eu peur du contact et du rapport avec mes compatriotes. Quelle que soit leur opinion. Mais je sais que la démocratie, ce ne peut pas être la violence. Un individu qui cherche à frapper, ou frappe, un responsable politique, c'est évidemment toujours grave. Mais ce n'est pas ça qui m'intéresse", a-t-il expliqué en préambule, dans des propos recueillis par RTL.

À lire aussi

Puis le candidat a souhaité afficher une certaine sérénité : "Je n'ai pas peur. Vous savez, moi je suis courageux. Non pas physiquement, ce n'est pas le sujet, mais je suis courageux parce que je dis la vérité et je veux que la gauche continue d'incarner l'espoir, la lucidité et le fait d'assumer les responsabilités".

Cet incident rappelle celui survenu à Strasbourg, en décembre dernier. Un homme avait alors jeté de la farine sur Manuel Valls, tout en criant "49.3, on n'oublie pas, on ne pardonne pas".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/