1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. VIDÉO - Nicolas Sarkozy amuse la toile avec une phrase incompréhensible
2 min de lecture

VIDÉO - Nicolas Sarkozy amuse la toile avec une phrase incompréhensible

Après une phrase particulièrement maladroite du président des Républicains, les internautes ont tenté un décryptage.

6e ex aequo - Nicolas Sarkozy
6e ex aequo - Nicolas Sarkozy
Crédit : NICOLAS TUCAT / AFP
Marine Cluet

En visite à Limoges le 14 octobre dernier, Nicolas Sarkozy a tenu un discours lors du meeting de soutien à la candidate Les Républicains pour les élections régionales en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes Virginie Calmels. Il y a prononcé une phrase métaphorique incompréhensible qui a poussé les internautes à réagir sur les réseaux sociaux.

"Je voudrais leur dire qu'on a reçu le coup pied au derrière, mais ce n'est pas parce que vous voulez renverser la table que vous descendez de la voiture dont vous vous abstenez de choisir le chauffeur", a déclaré le président des Républicains. Les twittos n'ont pas manqué de commenter la phrase, la comparant même parfois aux plus belles perles de Jean-Claude Vandamme. Certains ont même tenté de décrypter cette métaphore.

Les théories et les interprétations de la phrase de Nicolas Sarkozy se multiplient sur les réseaux sociaux. Ces derniers expliquent que "le coup de pied au derrière" renvoie à la part de l'électorat de droite qui penche de plus en plus vers le Front national. Dans le reste de son allocution du 14 octobre, le président Les Républicains détaille par ailleurs son propos : "Un certain nombre d’entre vous, peut-être, certainement, ont pu être déçus par nous, déçus par moi, et faire le choix du Front national à un moment, en disant comme ça on va leur donner un bon coup de pied au derrière pour qu’ils se réveillent". 

Quant à l'expression "renverser la table", elle est presque devenue un classique dans le lexique de l'ex chef de l'État. En avril 2012, le candidat à la présidentielle lançait "la tentation de renverser la table, je peux la comprendre mais il y aura plus de souffrance" rappelle Libération.

À lire aussi

La dernière partie de la phrase reste un peu plus problématique. "La voiture sans chauffeur" symbolise-t-elle le parti Les Républicains, qui connaîtra la primaire pour les présidentielles de 2017 l'an prochain, ou bien la France ? Metronews penche pour cette dernière option, Nicolas Sarkozy ayant déjà utilisé cette comparaison en septembre dernier. "On a le sentiment que le pouvoir en place a perdu toute maîtrise des événements, ne contrôle plus rien (…) Y a-t-il un pilote ? La réponse est non. Ce qui est embêtant, c'est que nous sommes dans la voiture..." déclarait-t-il en parlant du pouvoir socialiste. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/