1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. VIDÉO - Moralisation : un député REM redoute de devoir "aller au McDo"
2 min de lecture

VIDÉO - Moralisation : un député REM redoute de devoir "aller au McDo"

Alain Tourret, député La République En Marche, est inquiet de la suppression de l'indemnité représentative des frais de mandat. Il s'est exprimé mardi 18 juillet en commission à l'Assemblée nationale.

Le député Alain Tourret à l'Assemblée nationale le 12 mai 2016.
Le député Alain Tourret à l'Assemblée nationale le 12 mai 2016.
Crédit : WITT/SIPA
Sarah Ugolini

"C'est extraordinairement dangereux", c'est en ces termes qu'Alain Tourret, député REM de la 6e circonscription du Calvados, a affirmé vivement son opposition à l'une des mesures du projet de loi sur la moralisation de la vie politique. Ce mardi 18 juillet en commission, il a brocardé la suppression de l'indemnité représentative de frais de mandat (IRFM), une des promesses phares de campagne du candidat Macron.

Le texte, renforcé par le Sénat, est arrivé en commission des Lois et sera examiné à partir de lundi prochain dans l'hémicycle de l'Assemblée. En l'état, l'IRFM s'élève actuellement à 5373 euros net par mois et permet à un député de couvrir ses dépenses de représentation, sans qu'il ait besoin de les justifier ni avant ni après.

Un système qui devrait céder la place à un système de remboursement sous présentation de justificatifs, à la manière des notes de frais dans une entreprise.

Mis en cause en mai dernier pour l’utilisation de son IRFM

Alain Tourret redoute que la nouvelle loi le force à rendre des comptes sur ses préférences gastronomiques pour ses déjeuners. "Ça va être le contrôle de savoir si vous avez déjeuné avec tel industriel, avec tel responsable politique, a-t-il déploré. Et pourquoi avoir déjeuné dans un hôtel 3 étoiles et non pas au McDo ?, s'est-il interrogé.

À lire aussi

À partir du moment où vous ne présentez pas que des factures de McDo, toutes vos factures vont être rejetées", a-t-il également anticipé. Précisant avoir étudié les situations "dans les pays amis de la France et en particulier en Grande-Bretagne", Alain Tourret a aussi exprimé sa crainte de devoir "démontrer km par km où vous êtes allé".

Alain Tourret avait été mis en cause en mai dernier par le site d'infos Mediapart, pour avoir dilapidé une partie de son IRFM des années 2013, 2014 et 2016 dans des achats personnels. Il s'était notamment offert un téléviseur, un séjour dans un Club Med au Sénégal, des parties de golf, des billets de cinéma... L'élu s'était alors défendu en admettant des "erreurs d'imputation". Il avait fait savoir le 19 mai qu'il avait viré 16.000 euros de son compte personnel sur son compte IRFM et qu'il avait saisi le déontologue "pour avoir son avis sur la pratique admise pour l'utilisation de l'IRFM".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/