1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. VIDÉO - "Le Grand Débat" : Macron et Hamon s'écharpent sur la question des lobbies
1 min de lecture

VIDÉO - "Le Grand Débat" : Macron et Hamon s'écharpent sur la question des lobbies

La question des soutiens financiers d'Emmanuel Macron a donné lieu à un échange musclé, une promesse et quelques bons mots.

Benoît Hamon et Emmanuel Macron lors du "Grand débat" de TF1
Benoît Hamon et Emmanuel Macron lors du "Grand débat" de TF1
"Le Grand Débat" : Macron et Hamon s'écharpent sur la question des lobbies
00:04:09
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud

Benoît Hamon a pointé le devoir d’intransigeance vis-à-vis de "l'influence des lobbies et de l'argent". "La clarté avec laquelle nous faisons campagne, a-t-il commencé. La clarté avec laquelle nous montrerons que nous n'avons pas de dons de personnes qui appartiennent à de grands groupe et qui pourraient lier nos décisions à leurs intérêts, sur ce terrain là je souhaite qu'il y ait des engagements clairs". 

"Je pense que c'est pour moi", a interpellé à la volée Emmanuel Macron, sentant l'allusion du candidat socialiste lors du débat de TF1 du 20 mars 2017. "Mon mouvement politique est nouveau, il n'a pas de subventions publiques, arguait le candidat d'"En Marche !". "Mais les dons que vous recevez sont défiscalisés M. Macron !", a lancé Benoît Hamon. "Je n'aime pas les insinuations, je préfère être direct a riposté Emmanuel Macron en reprenant la parole. "Ma campagne est financée depuis le premier jour par des dons de personnes physiques qui donnent entre 1 et 7.500 euros. Aucune entreprise ou lobby ne donne (...). Le don moyen c'est 50 euros, donc n'insultez pas ces femmes et ces hommes qui veulent renouveler la vie politique", attaquait l'ancien ministre de l'Économie.

"Je n'insulte personne... C'est vous qui vous énervez tout seul, a rétorqué Benoît Hamon. Je vous fais confiance, le problème ce n'est pas que des gens riches financent votre campagne. Mais pouvez-vous prendre l'engagement que parmi ces donateurs fortunés il n'y a pas plusieurs cadres de l'industrie pharmaceutique, chimique et pétrolière ou bancaire ?, demandait-il. Demain, lorsqu'il faudra prendre des décisions sur les perturbateurs endocriniens sans attendre un substitut, pareil pour le diesel qui fait 50.000 morts par an, il ne faudra pas être tenu par ceux qui ont financé votre campagne. 

"Je prends l'engagement de n'être tenu par personne", a conclu Emmanuel Macron avant un grand brouhaha qui ne connaîtra de fin qu'après le bon mot de Jean-Luc Mélenchon : "Il faut bien qu'il y ait un débat au PS...", qui n'a pas manqué de faire rire sur le plateau.

À regarder

Le bon mot de Jean-Luc Mélenchon : "Il faut bien qu'il y ait un débat au PS..."
00:01:09
La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.