1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. VIDÉO - Le Debrief du Grand Jury du 21 juin 2015 : Valérie Pécresse
2 min de lecture

VIDÉO - Le Debrief du Grand Jury du 21 juin 2015 : Valérie Pécresse

INVITÉ RTL - Valérie Pécresse était l'invitée du Grand Jury RTL/LCi/Le Figaro" et a répondu aux questions de Jérôme Chapuis, Yves Thréard et Éric Revel.

Claire Gaveau
Claire Gaveau

Dans une actualité dominée par les attentats en Isère et la crise grecque, Valérie Pécresse est apparue convaincante sur "des sujets qu'elle maîtrise bien". "J'ai trouvé qu'elle avait même un ton d'union nationale. Elle était grave, solennelle et elle n'a pas fait de polémique-politicienne", a relevé Éric Revel (LCI) même si elle est allée à l'encontre de Manuel Valls sur l'utilisation du terme "guerre de civilisation". Une posture qui s'explique notamment par l'approche des élections régionales où la députée des Yvelines est candidate en Île-de-France. 

Vers un partage des informations ?

 Alors que la France a été touchée par un deuxième attentat après ceux de janvier, Valérie Pécresse a salué la loi sur le Renseignement récemment adoptée à l'Assemblée nationale, elle demande un partage toujours plus grand des informations. "Construisons une vraie chaîne de sécurité de l'agent de sécurité privé en passant par la police municipale et la police nationale. Il faut décloisonner. Il faut une mobilisation générale", a-t-elle déclaré lors de ce Grand Jury. "Une proposition qui risque de se heurter à ceux qui sont sensibles à la préservation des droits de l'Homme mais aussi aux législations, à la Constitution et aux principes fondamentaux de la République qui font qu'on ne partage pas les informations comme cela", a répondu Yves Thréard.

Vers une sortie de l'euro ?

"Si la démocratie c'est je vous prends votre argent et je vous dis 'ciao bye bye', ça ne s'appelle pas la démocratie", a-t-elle critiqué alors qu'un départ de la Grèce de la zone euro ne serait pas une catastrophe. "Pour elle, ce ne serait pas un problème majeur. Ça serait faire encourir quelques conséquences importantes pour l'Europe et la France mais j'ai compris qu'il fallait arrêter de jouer avec l'Europe", a analysé Yves Thréard. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/