1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. VIDÉO - Déchéance de nationalité : le député Charles de Courson ému aux larmes à l'Assemblée nationale
1 min de lecture

VIDÉO - Déchéance de nationalité : le député Charles de Courson ému aux larmes à l'Assemblée nationale

REPLAY - L'élu UDI de la Marne a évoqué son père et son grand-père pour expliquer pourquoi il compte voter l'article 2 de la réforme constitutionnelle.

Le député Charles de Courson ému aux larmes à l'Assemblée nationale, le 9 février 2016
Le député Charles de Courson ému aux larmes à l'Assemblée nationale, le 9 février 2016
Crédit : Capture d'écran YouTube
Déchéance de nationalité : le député Charles de Courson ému aux larmes à l'Assemblée nationale
00:00:38
Julien Absalon
Julien Absalon

Après le vote de l'article 1 du projet de loi de réforme constitutionnelle portant sur l'état d'urgence, l'Assemblée nationale a poursuivi dans la nuit du lundi 8 au mardi 9 février les débats sur l'article 2 qui s'intéresse à la déchéance de nationalité. Plusieurs députés ont donc pris la parole pour défendre ou attaquer cette mesure controversée. Parmi ces élus, le centriste Charles de Courson (UDI) a ému l'hémicycle en prononçant un discours avec les sanglots dans la voix.

Le député de la Marne s'est exprimé pour se réjouir de la nouvelle version du texte qui ne fait plus référence aux binationaux. "Voter pour ce texte, c'était trahir la mémoire de mon grand-père, député de la nation, mort à Neuengamme (un camp de concentration allemand, ndlr) et qui avait voté contre les pleins pouvoirs au maréchal Pétain parce qu'il était contre le sabordage de la République", s'est ému le maire de Vanault-les-Dames.

En revanche, il explique qu'il votera la nouvelle mouture du texte sur la déchéance de nationalité. "Pendant la Seconde guerre mondiale, mon père était résistant et a été qualifié de terroriste par l'occupant nazi parce qu'il avait pris les armes. Voter pour cet article 2 dans sa nouvelle rédaction ne trahira pas la mémoire de mon père", a conclu l'élu de 63 ans, qui a tout de même indiqué qu'il aurait préféré une peine "l'indignité nationale".

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire