1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. VIDÉO - Alain Duhamel : "Plus le FN monte, plus le ni-ni est difficile" pour la droite
1 min de lecture

VIDÉO - Alain Duhamel : "Plus le FN monte, plus le ni-ni est difficile" pour la droite

POINT DE VUE - Au lendemain du premier tour, les dirigeants LR prennent majoritairement position en faveur de Macron pour contenir le Front national.

Alain Duhamel le 24 avril 2017
Alain Duhamel le 24 avril 2017
Crédit : Camille Kaelblen / RTLnet
Alain Duhamel : "Plus le FN monte, plus le ni-ni est difficile" pour la droite
02:48
Alain Duhamel & Camille Kaelblen

Délicate position pour les dirigeants des Républicains et de l'UDI. À l'issue du premier tour de la présidentielle, remporté par le leader d'"En marche !" et qui a vu la qualification de Marine Le Pen pour le face à face final, la question des ralliements se pose.

"La tentation, qui a souvent existé à l'occasion des élections locales, était celle du 'ni-ni'. Mais plus le Front national monte, plus cette position est difficile", analyse Alain Duhamel. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle, dans l'autre sens, la gauche avait accepté de "s'effacer aux élections régionales au profit de la droite dans les régions Nord-Pas-de-Calais et PACA".

Cette fois-ci, l'enjeu est plus fort que jamais. La plupart des dirigeants des Républicains et, à plus forte raison, de l'UDI, ont déjà pris position en faveur d'un vote pour Macron. "Cela ne signifie pas un vote pour son programme, ni vouloir intégrer ensuite une éventuelle majorité à l'Assemblée nationale", nuance cependant l'éditorialiste.

Quelques voix discordantes en faveur du "ni-ni"

"La réalité est qu'il s'agit d'un vote contre Marine Le Pen", poursuit-il, à la fois pour des raisons de valeurs républicains et en même temps parce que "la candidate frontiste reste leur concurrente numéro un".

À lire aussi

Les quelques voix discordantes, peu nombreuses, sont avant tout attirées par le "ni-ni". Mais la question est désormais de savoir comment l'électorat suivra. Selon les derniers sondages d'avant le premier tour, une petite moitié de l'électorat Les Républicains devrait reporter son choix sur Emmanuel Macron. Les autres "se répartiraient presque à égalité entre l'abstention et le vote pour Marine Le Pen", estime Alain Duhamel.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/