1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Victoire de Fillon : "Il n'y a pas deux droites irréconciliables", selon Retailleau
1 min de lecture

Victoire de Fillon : "Il n'y a pas deux droites irréconciliables", selon Retailleau

INVITÉ RTL - Bruno Retailleau, fidèle soutien de François Fillon, assure qu'il n'y a pas de "fracture idéologique".

Bruno Retailleau, invité du 28 novembre
Bruno Retailleau, invité du 28 novembre
Crédit : Essia Lakhoua/RTL
Victoire de Fillon : "Il n'y a pas deux droites irréconciliables", selon Retailleau
05:23
Victoire de Fillon : "Il n'y a pas deux droites irréconciliables", selon Retailleau
05:26
Yves Calvi & Julien Absalon

Au lendemain de l'écrasant succès de François Fillon, l'heure est au rassemblement. Dans la suite du discours de victoire que l'ancien premier ministre a prononcé à son QG, son fidèle soutien Bruno Retailleau, président du conseil régional des Pays de Loire, se dit convaincu que la droite fera bloc pour obtenir l'alternance. Il estime d'abord que le score élevé confère "un élan naturel" pour opérer le "rassemblement" mais il considère également que, malgré une fin de campagne tumultueuse, il n'existe pas "de fracture idéologique comme la gauche". "Il n'y a pas deux droites irréconciliables", assure le sénateur de la Vendée au micro de RTL.

Pour autant, le clan Fillon compte bien défendre le même programme et n'a pas vraiment l'intention de mettre de l'eau dans son vin pour satisfaire les juppéistes. "Fillon a tiré les leçons des échecs précédents : une droite qui avait l'habitude de s'excuser dès que la gauche ou le système haussait le ton. À chaque fois qu'on y a va à tout petits pas, on y va à grands renoncements. Quitte à réformer, autant réformer pour relever la France et remettre en marche l'ascenseur social", prévient Bruno Retailleau.

Dans les prochaines semaines voire les prochains mois, François Fillon va peut-être se constituer une nouvelle garde rapprochée pour affronter la présidentielle. Autrement dit, il va d'ores et déjà imaginer ce à quoi pourrait ressembler son gouvernement s'il accède au pouvoir. Pour le poste de Premier ministre ou de président du parti Les Républicains, le nom de Bruno Retailleau. Mais l'intéressé botte en touche. "Ce n'est pas que ça m'intéresse pas, mais je suis président d'un groupe parlementaire (des Républicains au Sénat, ndlr), d'une région et ça suffit très largement à mon bonheur", assure-t-il, tout en conseillant à François Fillon "d'attendre beaucoup plus tard" pour désigner un heureux élu à Matignon.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/