1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Vél d'Hiv : Maréchal-Le Pen dénonce la "séduction communautariste" de Macron
1 min de lecture

Vél d'Hiv : Maréchal-Le Pen dénonce la "séduction communautariste" de Macron

La député du Vaucluse a soutenu sa tante, critiquée après ses propos sur le Vél d'Hiv lors du "Grand Jury", et assuré que "nous ne serons pas la génération qui s'excuse".

Marion Maréchal-Le Pen
Marion Maréchal-Le Pen
Crédit : ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Claire Gaveau & AFP

Si les divergences entre Marine Le Pen et Marion Maréchal-Le Pen sont connus, cette dernière refuse de lâcher sa tante dans la dernière ligne droite de l'élection présidentielle. En déplacement à Bayonne, la députée frontiste du Vaucluse est revenue sur la polémique déclenché par la présidente du Front national lors de son passage sur Le Grand Jury organisé par RTL, Le Figaro et LCI. Elle avait notamment déclaré que "la France n'était pas responsable de la rafle du Vél d'Hiv"

En ligne de mire ? Le candidat d'"En Marche !". Marion Maréchal-Le Pen s'en est pris au "peu d'estime que porte Emmanuel Macron à notre pays, lui qui va s'inscrire dans la repentance d'État sur les traces de Jacques Chirac (...), qui va insulter la France à l'étranger en parlant de la colonisation en Algérie comme d'un crime contre l'humanité".

Celle qui dénonce notamment la "violence inouïe" de ses mots poursuit : "Emmanuel Macron, quand il dit cela, il ne dit pas cela pour rien, il le fait à dessein, il s'adresse là, dans la droite ligne de l'héritage de la gauche, à la communauté franco-algérienne, francophobe j'imagine", a dit Marion Maréchal-Le Pen qui refuse d'être "la génération qui s'excuse" et de mettre en place une "séduction communautariste". "Avec nous l'Histoire ne sera plus un outil de propagande politique, d'auto-flagellation", a martelé la petite-fille de Jean-Marie Le Pen.

Environ 400 personnes, selon la police, 600 selon les organisateurs, ont manifesté mardi 11 avril leur opposition à la présence de Marion Maréchal-Le Pen à Bayonne. Quelques incidents, sans gravité, ont opposé les forces de l'ordre aux manifestants anti-FN alors que tout au long du meeting, fortement encadré par les forces de l'ordre, les manifestants ont été contenus derrière un cordon de sécurité. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/