1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Vanessa Schneider : "Mélenchon a tout faux"
1 min de lecture

Vanessa Schneider : "Mélenchon a tout faux"

REPLAY / BILLET - Depuis la victoire de Syriza en Grèce, le leader du Parti de gauche exulte en France. Mais pour la journaliste, ce n'est finalement pas lui qui a remporté les élections grecques.

Vanessa Schneider
Vanessa Schneider
Crédit : Cécile de Sèez / RTL.fr
Vanessa Schneider : "Mélenchon a tout faux !"
03:02
Vanessa Schneider : "Mélenchon a tout faux !"
03:04
Vanessa Schneider

"On entend que lui : Mélenchon par-ci, Mélenchon par-là", décrypte Vanessa Schneider. "À croire que c'est lui qui a remporté les élections législatives en Grèce le week-end dernier", poursuit-elle.

Certes, on comprend le leader du Parti de gauche, "qui n'a pas eu beaucoup de raisons de se réjouir depuis 2012". Défaite à la législative de Hénin-Beaumont, maigre score à la présidentielle : on peut parler d'un "bide". La journaliste rappelle qu'il a même fait une petite déprime l'été dernier, lorsqu'il a démissionné de la direction du parti.

Pour Vanessa Schneider, Jean-Luc Mélenchon espère un "effet domino". Pour lui, le succès de la gauche radicale en Grèce est la démonstration qu'une autre gauche peut arriver au pouvoir en Europe. En tout cas, "une gauche qui n'est pas socialiste".

Syriza en France avec Mélenchon à sa tête, ce n'est pas vraiment pour tout de suite

Vanessa Schneider

La journaliste juge qu'il "se trompe en pensant que le phénomène Syriza est transposable en France". Elle rappelle que la France n'est pas dans la situation économique de la Grèce. Ensuite, si le Parti socialiste n'est pas très en forme, il n'est pas dans l'état du Pasok, son homologue hellène. Elle note enfin que la gauche de la gauche en France "n'est pas un modèle d'unité".

À lire aussi

Surtout, Vanessa Schneider pointe les différences institutionnelles. "Qui pourrait incarner une candidature de type Syriza : Jean-Luc Mélenchon ou Cécile Duflot ?", s'interroge-t-elle. "Aucun des deux n'acceptera de s'effacer devant l'autre", répond-elle.

La journaliste remarque enfin que d'un point de vue de l'âge, Jean-Luc Mélenchon (63 ans) "n'incarne pas vraiment le renouveau" au regard des leaders grec et espagnol de la gauche radicale. "Syriza en France avec Mélenchon à sa tête, ce n'est pas vraiment pour tout de suite", conclut-elle.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/