1 min de lecture Christiane Taubira

Valls VS Taubira : la lettre et les critiques, une "phase normale d'échanges" selon Matignon

Alors que Manuel Valls a sollicité l'arbitrage de François Hollande sur le projet de loi pénale de sa collègue de la Justice Christiane Taubira, Matignon a tenu à relativiser, parlant d'une "phase normale d'échanges préalables aux arbitrages".

Désaccord Valls / Taubira : Matignon a tenu à relativiser,  parlant d'une "phase normale d'échanges préalables aux arbitrages". Photo : Valls et Taubira le 13 mai 2013 à Lyon.
Désaccord Valls / Taubira : Matignon a tenu à relativiser, parlant d'une "phase normale d'échanges préalables aux arbitrages". Photo : Valls et Taubira le 13 mai 2013 à Lyon. Crédit : AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Valls et Taubira s'écharpent, Matignon réplique et relativise. Les services du Premier ministre ont tenu à relativiser la missive envoyé par le ministre de l'Intérieur à François Hollande au sujet de la loi pénale, parlant d'une "phase normale d'échanges préalables aux arbitrages". Manuel Valls juge entre autres que ce texte repose sur un "socle de légitimité trop fragile". "Qu'il y ait des divergences d'appréciation entre les ministres de la Justice et de l'Intérieur, cela n'est pas anormal. Le processus de préparation de la loi pénale est en cours et se poursuit", ont déclaré les services du Premier ministre, précisant que Jean-Marc Ayrault avait "eu Manuel Valls au téléphone et aura la garde de Sceaux en ligne cet après-midi".

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a sollicité l'arbitrage de François Hollande sur le projet de loi pénale de sa collègue de la Justice Christiane Taubira, en soulignant les nombreux "désaccords" sur le texte. "Tant pour des raisons de méthode que de fond, l'écart entre nos analyses demeure trop important et appelle une clarification de nos orientations politiques", écrit le ministre. Le texte de la Chancellerie, très attendu mais qui a pris pas mal de retard, vise notamment à limiter le recours à la prison, entre autres par l'introduction d'une "peine de probation".

"Un débat interne"


L'entourage du ministre a indiqué que ce "courrier", adressé au président de la République et au Premier ministre notamment, n'avait pas "vocation à être publié et que le ministre "regrette" qu'il l'ait été. "Il n'y a donc rien d'étonnant à ce que l'Intérieur exprime et ait sa ligne dans ce cadre", car " il s'agit d'un travail en amont, avec des discussions, un débat interne", plaide-t-on dans l'entourage du ministre. Selon Le Monde, Christiane Taubira s'est de son côté dite "surprise" que son collègue ne l'ait pas informée de cette missive.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Christiane Taubira Manuel Valls Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants