3 min de lecture Claude Bartolone

Valls lâché par la gauche après l'expulsion de Leonarda

Manuel Valls a été critiqué par une grande partie de la gauche, mercredi, après l'annonce de l'expulsion de Leonarda, une collégienne d'origine kosovare, remise à la police au cours d'une sortie scolaire.

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls
Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls Crédit : ERIC FEFERBERG / POOL / AFP
Sylvain Chazot Journaliste

Deux semaines après l'affrontement entre Manuel Valls et Cécile Duflot à propos de la volonté d'intégration des Roms en France, le ministre de l'Intérieur est à nouveau sous le feu des critiques, ce mercredi 16 octobre. La responsabilité du locataire de la place Beauvau est en effet grandement mise en cause par une partie de la gauche après l’expulsion de Leonarda, une collégienne d'origine kosovare, le 9 octobre.

La gauche de la gauche

Au Front de gauche comme au Parti communiste, de nombreuses voix se sont élevées pour dénoncer l'expulsion de l'adolescente et, par extension, la politique menée par le ministre de l'Intérieur. "La honte, c'est maintenant ! Rendons Valls à Le Pen. Vivement la gauche en France !", a ainsi écrit sur Twitter Jean-Luc Mélenchon. "La politique inhumaine conduite par Manuel Valls est une honte pour la France", a encore ajouté le Parti de gauche, jugeant que "la lepénisation des esprits a décidément pris ses quartiers place Beauvau". 

"Cette rafle et ces expulsions sordides rappellent qu'en matière de chasse aux sans-papiers, Valls vaut Hortefeux et Guéant, et que Hollande vaut Sarkozy. Tous courent après le Front national ; mais au lieu de le combattre, ils lui font la courte échelle", a encore ajouté Nathalie Arthaud (Lutte Ouvrière) dans un communiqué. Pierre Laurent (PCF) a dénoncé pour sa part un "affront" aux "valeurs de la République".

Valls vaut Hortefeux et Guéant, et Hollande vaut Sarkozy. Tous courent après le Front national

Nathalie Arthaud
Partager la citation

Le PS critique la méthode

Au Parti socialiste, plus que l'expulsion en elle-même, ce sont les circonstances qui choquent. "Faire descendre d’un bus par les forces de l’ordre une élève devant l’ensemble de ses camarades de classe est insupportable et inacceptable", a ainsi jugé le porte-parole de la rue de Solférino, David Assouline. "L’État est un monstre froid mais le peuple est passionné. Voilà pourquoi s’il faut toujours respecter la loi, la politique est un art d’exécution. Il n’est pas interdit d’être humain", écrit sur son blog le député PS de Paris Jean-Christophe Cambadélis.

Il n’est pas interdit d’être humain

Jean-Christophe Cambadélis
Partager la citation
À lire aussi
Valérie Pécresse, présidente (LR) de la région Île-de-France justice
"Bienvenue Place Beauvau" : Valérie Pécresse veut porter plainte

Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale, a quant à lui appelé la gauche à ne pas transiger avec ses "valeurs".

"Manuel Valls qui justifie l’expulsion de Leonarda ! Quand est-ce qu’on prend une mesure d’éloignement du gouvernement à l’encontre de Valls ?", s'est interrogé Frédéric Hocquard, secrétaire national du PS à la Culture.

Quand est-ce qu’on prend une mesure d’éloignement du gouvernement à l’encontre de Valls ?

Frédéric Hocquard
Partager la citation

"Perso, je ne me vois pas rester à la direction du PS si rien n’est fait pour Leonarda j’en tirerai les conséquences", a encore écrit sur Twitter Stéphane Delpeyrat, secrétaire national du PS à la Recherche. 

Des attaques au sein même du gouvernement

Même au sein du gouvernement, certains ne mâchent pas leurs mots. Mercredi, en sortie du conseil des ministres, Vincent Peillon a ainsi demandé qu’on "sanctuarise l’école" afin "que cette situation ne se renouvelle pas".

>
Peillon : "Je veux qu'on sanctuarise l'école" Crédit Média : Vincent DEROSIER | Durée : | Date :

"Il n'y a pas de droit à être sur notre territoire en situation irrégulière, mais il y a évidemment un droit à ce que cela se passe dans la dignité et le respect de la personne", avait déclaré peu avant Marisol Touraine sur France Info. "Il nous appartient d'y voir plus clair avant de commenter les faits", a en revanche temporisé François Hollande, cité par Najat Vallaud-Belkacem.

La rédaction vous recommande

Royal soutient Valls

Il n'y avait finalement que Manuel Valls pour défendre Manuel Valls, mercredi. "ll faut bien procéder à ces reconduites à la frontière. C’est un sujet difficile bien sûr mais une politique migratoire demande le respect du droit, le respect des personnes et une très grande fermeté. Je suis comptable de cela, c’est la mission que le Premier ministre et le président de la République m’ont confiée. Je suis comptable de cela devant les Français", a déclaré le ministre de l'Intérieur.

ll faut bien procéder à ces reconduites à la frontière

Manuel Valls
Partager la citation

Manuel Valls et… Ségolène Royal. L'ancienne candidate à l'élection présidentielle a apporté son soutien au ministre. "Avant de réagir, de se faire mousser, les uns et les autres doivent d'abord être sûrs de ce qu'ils avancent, vérifier la réalité des faits et faire en sorte que nous soyons unis à gauche, solidaires à gauche sur la préoccupation du respect de la loi", a-t-elle affirmé lors des Questions d'infos LCP/France Info/Le Monde/AFP.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Claude Bartolone Jean-Christophe Cambadélis Jean-Luc Mélenchon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants