1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Remaniement : Filippetti, Montebourg et Hamon renoncent au nouveau gouvernement de Valls
13 min de lecture

Remaniement : Filippetti, Montebourg et Hamon renoncent au nouveau gouvernement de Valls

Après les attaques d'Arnaud Montebourg contre la ligne économique du gouvernement, Manuel Valls a présenté au président de la République la démission de son équipe. Il doit présenter mardi son nouvel organigramme.

Après la fronde d'Arnaud Montebourg et de Benoît Hamon contre la ligne économique du gouvernement, Manuel Valls a présenté la démission de son équipe lundi 25 août.
Après la fronde d'Arnaud Montebourg et de Benoît Hamon contre la ligne économique du gouvernement, Manuel Valls a présenté la démission de son équipe lundi 25 août.
Héloïse Leussier & Benjamin Hue & AFP

Branle-bas de combat au sein de l'exécutif. Après la fronde d'Arnaud Montebourg et de Benoît Hamon contre la politique économique du gouvernement ce week-end à Frangy-en-Bresse, Manuel Valls a présenté la démission de son gouvernement à François Hollande.

147 jours après la formation de son équipe de "combat", le Premier ministre doit présenter mardi son nouveau gouvernement, Valls II, "en cohérence avec les orientations" du Président. Tous les ministres ont été reçus à Matignon lundi pour sonder leur fidélité au cap élyséen.

L'enjeu est important pour l'exécutif en quête d'une majorité pour faire passer ses réformes au Parlement. Lors d'une conférence de presse à Bercy en fin d'après-midi, Arnaud Montebourg a annoncé qu'il quittait le gouvernement, emboîtant le pas à Aurélie Filippetti avant que Benoît Hamon ne renonce à son tour.

Retrouvez le déroulé des événements de la journée dans notre live "minute par minute" ci-dessous.

20h07 - Benoît Hamon quitte le gouvernement. Le ministre de l'Éducation sortant annonce sur France 2 qu'il "ne participera pas au nouveau gouvernement de Manuel Valls". "C'est moi qui part, on ne m'a pas demandé de partir (...) Pour que la France s'en sorte, il faut que la gauche réussisse et je mettrai toute mon énergie à cela", précise-t-il, indiquant qu'il ne passera pas dans l'opposition et ne combattra pas le gouvernement.

Le ministre de l'Éducation sortant Benoît Hamon a annoncé sur France 2 qu'il ne participerait pas au prochain gouvernement de Manuel Valls
Le ministre de l'Éducation sortant Benoît Hamon a annoncé sur France 2 qu'il ne participerait pas au prochain gouvernement de Manuel Valls
Crédit : AFP
À écouter aussi

20h05 - Arnaud Montebourg - qui a repris sa liberté ce lundi - explique sur TF1 qu'il a appris qu'il n'était plus ministre quand il est allé voir le Premier ministre à Matignon dans l'après-midi. Un entretien qui s'est déroulé "en bons termes", assure-t-il, précisant qu'il doit s'entretenir avec le chef de l'État dans les prochaines heures.

20h - Arnaud Montebourg est le premier à s'exprimer sur TF1.

19h45 - Arnaud Montebourg et Benoît Hamon s'exprimeront à 20 heures, respectivement dans les journaux télévisés de TF1 et France 2.

19h40 - Arnaud Montebourg est "libre". Depuis Bercy, le chantre du Made in France a prononcé un dernier discours qui sonnait comme une véritable rupture sentimentale dans un couple orageux. Une union que le futur ex-ministre de l'Économie n'a cependant jamais ménagée à force de répliques assassines

Arnaud Montebourg a indiqué lors d'une conférence de presse à Bercy qu'il reprenait sa liberté lundi 25 août 2014
Arnaud Montebourg a indiqué lors d'une conférence de presse à Bercy qu'il reprenait sa liberté lundi 25 août 2014
Crédit : AFP
La rédaction vous recommande

19h30 - Trouver une majorité pour gouverner. Tel est le nouveau casse-tête qui se présente à l'exécutif. En resserrant sa nouvelle équipe autour de la ligne sociale-démocrate défendue par François Hollande, le gouvernement Valls II pourrait bien bénéficier d'une majorité étriquée à l'Assemblée nationale.

La rédaction vous recommande

18h55 - Alain Duhamel estime qu'il s'agit de "la crise gouvernementale la plus grave depuis 38 ans". Pour retrouver la trace d'un événement presque comparable, l'éditorialiste politique de RTL explique qu'il faut revenir en 1976, quand Jacques Chirac, alors Premier ministre, avait annoncé sa démission à la télévision, arguant qu'il ne disposait pas des moyens nécessaires pour continuer à travailler aux côtés du président de la République, Valéry Giscard d'Estaing. 

À écouter

Alain Duhamel : "On assiste à la crise gouvernementale la plus grave depuis 38 ans"
00:03:16

18h30 - Au micro de RTL, Bruno Le Maire estime qu'il n'y a "plus de direction à la tête du pays". "François Hollande n'a plus la confiance de personne, ni des Français, ni de sa majorité", assène le député UMP, pointant "une cohabitation entre les deux partis de la gauche", à savoir "Montebourg qui va fédérer les mécontents de la gauche" face à "Hollande et Valls et quelques autres". Le candidat à la primaire UMP pour 2017 prédit au passage "une défaite aux sénatoriales" au Parti socialiste.

À écouter

Démission gouvernement : "Il n'y a plus de direction à la tête du pays", estime Bruno Le Maire
00:05:23

18h - Manuel Valls a jusqu'à mardi pour composer son prochain gouvernement. Plusieurs ministres sortants ont déjà annoncé leur départ. D'autres pourraient quitter le navire. Certains écologistes aimeraient y rentrer. Le point sur les tractations en cours.

La rédaction vous recommande

17h45 - Comme Arnaud Montebourg, certains ministres ont déjà pris la porte après avoir chargé la politique gouvernementale.

Delphine Batho, ancienne ministre de l'Écologie avait critiqué le budget de son ministère en juillet 2013. Jean-Marc Ayrault, alors premier Ministre, avait réclamé sa démission
Delphine Batho, ancienne ministre de l'Écologie avait critiqué le budget de son ministère en juillet 2013. Jean-Marc Ayrault, alors premier Ministre, avait réclamé sa démission
Crédit : XAVIER LEOTY / AFP
La rédaction vous recommande

17h30 - Manuel Valls sera reçu à 18h30 par François Hollande à l'Élysée, annonce l'AFP, pour "faire le point avec le Président sur ses consultations en vue de la formation d'un nouveau gouvernement".

17h20 - Plusieurs choses à retenir de l'intervention d'Arnaud Montebourg à Bercy.

- Il devance l'annonce de la composition du prochain gouvernement de Manuel Valls en indiquant qu'il quitte Bercy et ne sollicitera pas de nouveau mandat politique. 
- Paradoxalement, il explique qu'il restera à l'écoute des Français et à la pointe de son combat pour le "made in France".
- Il réaffirme ses opinions, sa volonté de réorienter l'Europe - la BCE en tête -, son opposition aux mesures d'austérité et se pose à nouveau en alternative à François Hollande.

17h15 - Elizabeth Martichoux, rédactrice en chef du service politique de RTL, revient sur la décision de l'exécutif de privilégier le pacte de responsabilité plutôt que de conserver Arnaud Montebourg après ses critiques sur la politique économique du gouvernement.

À regarder

Elizabeth Martichoux - Pourquoi François Hollande et Manuel Valls ont-ils opté pour la demission du gouvernement ?
00:01:41


17h10 - Le ministre a salué Aurélie Filippetti - qui a confirmé son départ du gouvernement - et Benoît Hamon - donné partant - "qui ont fait le choix de leurs convictions", mais n'a pas eu de mot pour Christiane Taubira, également pressentie parmi les sortantes.

17h - Arnaurd Montebourg confirme son départ du gouvernement de Manuel Valls. Il explique qu'il lui semblait nécessaire de "reprendre [sa] liberté". "Valls accepte de me la rendre", affirme-t-il. Prenant exemple sur l'homme politique romain Cincinnatus, il indique qu'il ne sollicitera pas de nouveau mandat, préférant "quitter le pouvoir pour retourner à ses champs et à ses charrues et va "retourner travailler avec les Français". Il devrait donc retrouver son mandat de conseiller général d'un canton de Saône-et-Loire et reprendre ses activités d'avocat.

16h57 - Le ministre réaffirme sa "responsabilité de proposer des solutions alternatives pour la France et pour l'Europe. Il se dit "fier du devoir accompli (...) pendant deux ans pour convaincre inlassablement le chef de l'État". 

16h55 - Arnaud Montebourg fustige des "politiques d'austérité absurdes" qui, "en plus d'être inefficaces, sont injustes". 

16h50 - Le ministre de l'Économie arrive au pupitre. Dans un plaidoyer anti-austérité, il égratigne d'emblée la politique monétaire européenne et le rôle de la Banque centrale européenne, à l'origine, selon lui, des politiques d'austérités menées dans les pays membres.

16h35 - Les écolos s'éloignent du gouvernement. Dans un communiqué, Les Verts fustigent l'orientation de la politique gouvernementale et indiquent qu'ils "ne peuvent apporter leur soutien à la mise en oeuvre d'une politique économique qui donne la priorité aux réductions des dépenses publiques en les faisant porter en priorité sur les ménages".

16h20 - Arnaud Montebourg devait s'exprimer à partir de 16 heures depuis Bercy. Le ministre se fait toujours attendre.

16h05 - Arnaud Montebourg s'exprimera au 20 heures de TF1, Benoît Hamon au journal télévisé de France 2 ce lundi soir.

16h - François Hollande n'a pas renoncé à prononcer son discours à l'occasion des 70 ans de la Libération, malgré une pluie battante et l'absence regrettable de parapluie. Ce que les internautes n'ont pas manqué de remarquer.

La rédaction vous recommande

15h55 -  147 jours après sa formation, le gouvernement de combat de Manuel Valls aura donc explosé à la faveur des critiques formulées par Arnaud Montebourg sur la ligne économique du gouvernement. Malgré quelques alliances de circonstances, la rivalité entre le Premier ministre et le ministre de l'Économie éclate à nouveau au grand jour

La rédaction vous recommande

15h45 - Benoît Hamon sur le départ ? Selon Le Nouvel Obs, Manuel Valls a proposé à Benoît Hamon de conserver son poste de ministre de l'Éducation tout en réaffirmant qu'il n'y aurait aucune inflexion de la politique économique. Celui-ci aurait refusé au regard de sa "cohérence politique" et compte s'en expliquer au 20 heures de France 2 ce lundi soir.

Le ministre de l'Éducation Benoît Hamon reçu à Matignon lundi 25 août 2014
Le ministre de l'Éducation Benoît Hamon reçu à Matignon lundi 25 août 2014
Crédit : AFP

15h37 - Arnaud Montebourg a été reçu brièvement à Matignon par Manuel Valls, qui consulte l'ensemble de ses ministres dans le cadre de son nouveau remaniement.

Arnaud Montebourg quitte l'hôtel de Matignon après une brève entrevue avec Manuel Valls lundi 25 août 2014
Arnaud Montebourg quitte l'hôtel de Matignon après une brève entrevue avec Manuel Valls lundi 25 août 2014
Crédit : AFP

15h30 - Filippetti pas candidate à un nouveau poste ministériel. Pressentie parmi les sortants du gouvernement au prochain remaniement après son tweet de soutien à Arnaud Montebourg et Benoît Hamon ce week end, la ministre de la Culture Aurélie Filippetti annonce dans une lettre à François Hollande et Manuel Valls qu'elle "n'est pas candidate à un nouveau poste ministériel". Elle privilégie "la loyauté à ses idéaux" au "devoir de solidarité gouvernementale". 

La lettre d'Aurélie Filippetti publiée par Le Monde.

Lettre ouverte d'Aurélie Filippetti à François Hollande et Manuel Valls (lundi 25 août 2014)

15h10 -  Pierre Laurent juge que "la démission du gouvernement Valls est un terrible constat d'échec" et prédit un "nouvel échec" de l'exécutif. "La démission du gouvernement Valls est un terrible constat d'échec. La politique mise en oeuvre depuis cinq mois n'obtient aucun résultat", écrit le secrétaire national du Parti communiste dans un communiqué

14h20 - Malgré l'annonce de la démission du gouvernement, Benoît Hamonen première ligne aux côtés d'Arnaud Montebourg à la Fête de la rose de Frangy-en-Bresse et annoncé parmi les sortants du prochain remaniement ministériel, se dit "assez serein" et "au travail sur les dossiers en cours" à la veille de la rentrée scolaire.

13h50 - Après avoir été reçu par Manuel Valls à Matignon, Arnaud Montebourg s'exprimera à 16 heure à son ministère, confirme Bercy à l'AFP.

13h45 - Le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone (PS), estime sur son blog que "c’est l’heure du choix.". "L’enjeu n’est plus aujourd’hui de définir une ligne politique, mais d’aider le Président de la République à obtenir gain de cau