1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Valérie Pécresse dénonce une réforme du collège qui va générer des "collèges ghettos"
1 min de lecture

Valérie Pécresse dénonce une réforme du collège qui va générer des "collèges ghettos"

L'ancienne ministre UMP estime que les élèves "les plus fragiles socialement et scolairement" vont être "victimes" de la réforme du collège du gouvernement.

Valérie Pécresse le 11 mai 2015.
Valérie Pécresse le 11 mai 2015.
Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Publiée mercredi dans le Journal Officiel, au lendemain d'une grève des enseignants, la réforme du collège n'en fini pas de faire parler d'elle, l'UMP en tête. Dénoncée comme "un coup de force" du gouvernement par Nicolas Sarkozy, elle est pour Valérie Pécresse "un poison lent" qui va transformer les "établissements les plus fragiles" en "collèges ghettos".

"Le drame de cette réforme, c'est que c'est un poison lent. Paradoxalement, ce sont les élèves les plus fragiles socialement et scolairement qui vont en être les victimes", a déclaré l'ancienne ministre UMP de l'Enseignement supérieur sur LCI et Radio Classique ce vendredi 22 mai. "Les filières d'excellence que la réforme va supprimer, les horaires d’apprentissage fondamentaux que la réforme va supprimer en les remplaçant par des cours interdisciplinaires, tout cela va niveler par le bas un certain nombre d'établissements, et vous n'aurez plus de mixité sociale", a-t-elle estimé.

Ne pas renier les filières d'excellence

"Il y a des établissements très fragiles aujourd'hui dans lesquels on a réussi à maintenir de la mixité sociale par ces filières d'excellence et ces établissements vont s'effondrer, ils vont devenir des collèges ghetto et on aura tout perdu", a dit craindre la députée des Yvelines, qui souhaite toujours le retrait du décret promulgué mercredi.

"Un gouvernement peut passer en force. Mais le problème, c'est que derrière, c'est l'avenir de nos élèves, l’avenir de ces filières d'excellence, l'avenir de l'apprentissage de l'allemand, l'avenir aussi d'une certaine forme d'élitisme républicain, je n'ai pas peur de ce mot", a dit la tête de liste de l'UMP pour les élections régionales en Île-de-France. "Il y a un vrai travail de conviction de l'opinion, il faut que les Français comprennent que les filières d'excellence tirent vers le haut les collèges". "On ne luttera pas contre l'échec scolaire en mettant moins d'heures d’apprentissage des fondamentaux", a-t-elle insisté.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/