4 min de lecture Parti socialiste

Université d'été à du PS : ce qu'il faut retenir du discours de Manuel Valls à La Rochelle

Le Premier ministre a livré un discours habité en clôture de l'université d'été de la Rochelle, portant sur les migrants, le droit du travail, la politique économique, les régionales et la cohésion au sein du PS.

Manuel Valls en clôture de l'université d'été de La Rochelle.
Manuel Valls en clôture de l'université d'été de La Rochelle. Crédit : JEAN-PIERRE MULLER / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Il a littéralement mouillé la chemise. Manuel Valls a prononcé un discours plein de force dimanche à La Rochelle devant les militants du PS. Ce discours était très attendu après les remous de ces derniers jours provoqués entre autres par Emmanuel Macron. Le Premier ministre a un livré un message en quatre points principaux avant d'en développer un cinquième, s'adressant directement à l'assistance.

Les migrants doivent être accueillis

Concernant la question des migrants, Manuel Valls a appuyé les propos de sa collègue Christiane Taubira, qui a souhaité samedi que la France en face davantage. Les migrants qui "fuient la guerre, les persécutions, la torture, les oppressions, doivent être accueillis" en France a-t-il indiqué. Avant d'ajouter : "Chaque demande d'asile doit être examinée rapidement". "Les "migrants doivent être traités dignement, abrités, soignés", a continué Manuel Valls. Il a tout de même souligné que cet accueil va devoir être encadré pour le bien-être de tous. "Notre devoir, c'est de trouver des réponses durables, fondées sur des valeurs : humanité, responsabilité, fermeté" a ainsi déclaré le Premier ministre.

Il n'y aura pas de débat sur le temps de travail

L'opinion de Manuel Valls sur les 35h, même s'il l'avait déjà fait connaître, était également très attendue. Chacun se demandant comment il allait fermer le dossier Macron après les déclarations de ce dernier au Medef jeudi. Le Premier ministre a donc affirmé que "le débat sur le temps de travail était clos". "Il n’est pas question de revenir sur la durée légale du temps de travail" a imposé Manuel Valls.

Sur la question du travail, Manuel Valls s'est aussi exprimé sur la nécessité de revoir "en profondeur" le code du travail qui selon lui est désormais "si complexe qu’il en est devenu inefficace". Le Premier ministre estime qu'en donnant plus de latitude aux entreprises et aux salariés "c'est plus de souplesse pour les entreprises et un dialogue social redynamisé".

La politique économique

À lire aussi
Olivier Faure, le prochain premier secrétaire du Parti socialiste Parti socialiste
Olivier Faure : le PS craint "la disparition de la gauche, si elle part divisée aux élections"

Manuel Valls s'est également exprimé sur la politique économique du gouvernement, rejetant les "zigzags" et "les sables mouvants de la défiance". Le Premier ministre a affirmé "continuer à agir, avec la même force, pour la compétitivité de nos entreprises. Ce sont elles qui embauchent, grâce au CICE et au Pacte de responsabilité et de solidarité. Les acteurs économiques ont besoin de visibilité. Sinon, comment bâtir le moindre projet ou embaucher ? La stabilité, la cohérence, c'est le socle de la confiance". 

Faisant référence aux derniers chiffres du chômage, Manuel Valls a déclaré : "Les premiers résultats sont là. Ils sont encore insuffisants pour combattre le désespoir de nombre de nos concitoyens, mais suffisants pour affirmer que nous sommes sur la bonne voie, pour raviver l'espoir, pour réussir".

Un discours placé sous le signe de l'optimisme pour le chef du gouvernement qui a cependant refusé toute forme de "triomphalisme". "Aujourd’hui, la croissance est là ; c’est ainsi que nous ferons baisser le chômage. Oh pas de triomphalisme ! Il y a les incertitudes de la crise financière asiatique. Mais il y a aussi des facteurs positifs : la croissance américaine, la baisse du prix du pétrole, ce qui est bon pour le pouvoir d’achat, la baisse des taux d’intérêt, la baisse de l’euro grâce à la politique favorable de la BCE pour laquelle nous nous sommes battus" a rappelé Manuel Valls.

Les régionales

Et à quelque mois des élections régionales, le scrutin est au cœur des discussions alors que le Parti socialiste avance en ordre dispersé. Le Premier ministre s'est aussi exprimé sur les régionales appelant à l'union avec les écologistes dès le premier tour. Europe Ecologie-Les Verts est depuis plusieurs jours la cible des critiques du PS, en raison de son souhait de se présenter seul au premier tour des élections, ou allié avec le Front de gauche. "C’est unie, oui unie, parce qu'elle a à défendre un bilan", que la gauche doit aborder ce premier tour. "Socialistes, écologistes, radicaux doivent combattre, unis dès le premier tour, dans le Nord-Pas-de-Calais et Picardie, en Provence Alpes-Côte d’Azur. Et si possible partout en France" a plaidé Manuel Valls. 

La tolérance dans les rangs du parti

"L'interpellation entre nous, vis-à-vis du gouvernement, (du Premier ministre et des ministres) est naturelle, elle est salutaire. Mais j'insiste: montrons notre capacité à accepter les différences. Montrons notre force et notre unité" a demandé Manuel Valls aux militants. "A gauche, on se respecte, on ne siffle jamais" a souligné le Premier ministre. "Et si nous ne nous respectons pas", a-t-il lancé enfin, "comment pouvons-nous penser un seul instant que nos compatriotes croient que nous les respectons?"

De Jeunes socialistes avaient scandé samedi soir "Macron démission" lors d'un dîner à La Rochelle, créant une presque une altercation entre Jean-Christophe Cambadélis et un jeune militant

Manuel Valls a aussi dénoncé "des barrières qui tombent". Il faisait référence à l'invitation de Marion Maréchal-Le Pen à un débat organisé par un évêque catholique dans le Var. "Quand un diocèse invite une députée frontiste, qui a tenu des propos hallucinants et hallucinés, qui a tenu des propos d'une profonde gravité sur les protestants de France, ce sont des barrières qui tombent" a jugé le chef du gouvernement.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Parti socialiste Manuel Valls Parti socialiste
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants