1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. VIDÉO - "Une Ambition Intime" : 6 anecdotes que l'on découvre sur Arnaud Montebourg
3 min de lecture

VIDÉO - "Une Ambition Intime" : 6 anecdotes que l'on découvre sur Arnaud Montebourg

ÉCLAIRAGE - Le candidat à la présidentielle s'est confié à Karine Le Marchand au cours d'un entretien informel dans l'appartement d'"Une Ambition Intime", diffusée sur M6 ce 9 octobre.

Arnaud Montebourg sur le mont Beuvray, le 13 juin 2011
Arnaud Montebourg sur le mont Beuvray, le 13 juin 2011
Crédit : JEFF PACHOUD / AFP
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin

Tout comme Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen et Bruno Le Maire, Arnaud Montebourg s'est prêté aux jeux des questions-réponses, dans l'émission de M6, Une Ambition Intime, confortablement installé dans un canapé. Tout commence par une anecdote sur le grand-père de l'homme politique. Un homme discret qui "parlait peu" et pour qui "l'heure, c'était l'heure et le travail, c'était le travail". Il raconte ainsi ses premier engagement en politique, revient sur ses mauvais résultats scolaires pour ensuite se confier sur sa vie de famille, aux côtés d'Aurélie Filippetti. 

Le candidat à l'élection présidentielle est aussi revenu sa carrière politique : de ses premiers engagements, à sa mise-à-pied à l'époque où il était porte-parole de Ségolène Royal, Arnaud Montebourg dévoile la signification de ces surnoms. 

1. Sa mère victime de racisme

Arnaud Montebourg évoque sa maman, Leïla, issue, par son père, d'une famille de walis d'Algérie coloniale. Cette dernière a, selon lui, profondément souffert du racisme. Son grand-père maternel semble en tout cas lui avoir inculqué des valeurs marquante. "Mon grand-père parlait peu, mais l’heure c’était l’heure et le travail, c’était le travail. Il a dû me transmettre ce goût de la parole qui porte", analyse-t-il. "La guerre d’Algérie était une déchirure pour toute cette génération. Il se sentait totalement Français, il avait choisi la France", raconte Arnaud Mondebourg, qui se présente lui même comme issu "des deux rives".

2. Comme avocat, il a fait expulser le fils d'Alain Juppé de son appartement

Avant d'entrer en politique, Arnaud Montebourg a été avocat. Et avant même d'entrer en politique, il se confrontait à Alain Juppé. "À l’époque, c’étaient les premières affaires de la ville de Paris. Un jour, Le Canard Enchaîné publie l’affaire qui va devenir l’affaire de l’appartement d’Alain Juppé. En lisant Le Canard Enchaîné, je me dis 'c’est pour la démocratie une infraction pénale'”, raconte-t-il. Maître Montebourg s'est alors saisi du dossier. "Le procureur a demandé au Premier ministre de faire cesser l’infraction. Il est parti dans la nuit avec un camion déménageur", se souvient Arnaud Montebourg.

3. Sa chanson préférée est une chanson de Claude François

À lire aussi

"J'ai eu moi aussi dix-sept ans, le monde n'était pas différent. Certains n'avaient rien à gagner, des places leur étaient réservées..." Les paroles de "Dix-sept ans" de Claude François évoquent quelque chose de particulier à Arnaud Montebourg. 

4. Il était surnommé "Love Love" au gouvernement

Ministre de l'Économie, du redressement économique et du Numérique de mai 2012 au mois d'août 2014, Arnaud Montebourg s'est vu attribuer le surnom de "love, love". Il raconte ainsi qu'il avait pris l'habitude, au gouvernement, de signer ses messages adressés à ses collègues ministres - femmes -, par le mot "love". Le candidat à la primaire du Parti socialiste a révélé à Karine Le Marchand que Cécile Duflot, alors ministre du Logement et de l'Égalité des territoires, avait "popularisé" l'expression et décidé de le surnommer "Love Love".

5. Jeanne, sa fille, est arrivée au monde dans des conditions difficiles

Quand Karine Le Marchand évoque sa fille Jeanne, née en septembre 2015 de son union avec Aurélie Filippetti, celle-ci comprend qu'elle a touché la corde sensible. Le bébé des deux anciens ministres, tombés amoureux l'un de l'autre au gouvernement, est né très prématurément. “Pour nous ça a été un moment difficile, réagit Arnaud Montebourg, ému aux larmes. La vie a été forte, plus forte”, poursuit-il dans une note d'optimisme. Jeanne a une demi-soeur de 13 ans prénommée Adèle, et un demi-frère de 17 ans, Paul. Ces derniers sont d'ailleurs, selon Arnaud Montebourg, "totalement contre l’idée" que leur père se présente à l'élection présidentielle.

6. Une petite phrase lui a valu une mise à pied

"Ségolène Royal n'a qu'un seul défaut, c’est son compagnon". En 2007, cette plaisanterie lancée par Arnaud Montebourg n'a pas fait rire l'actuel président. “Dans ce cas je te donne ma démission”, lui a-t-il dit, selon son récit. “Non, non, m'a dit Ségolène Royal. Je te mets à pieds pendant un mois et tu reviens”, se remémore-t-il. Cet épisode lui a valu un mois de mise à pied, tandis qu'il était alors porte-parole de Ségolène Royal, candidate à l'investiture du PS pour l'élection présidentielle de 2007. Puis en 2014, de l'eau avait coulé sous les ponts quand tous deux se sont retrouvés au gouvernement... Sous la présidence Hollande. "Dans le gouvernement de Manuel Valls, je retrouve Ségolène Royal à côté de moi. Je lui dis 'tu te souviens, le principal défaut... Et elle me dit 'Arnaud, qu’est-ce que tu m’avais fait rire'”.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire