2 min de lecture Réfugiés

Opération séduction à Munich pour accueillir 1.000 réfugiés en France

INTERVIEW - Les équipes de l'Office français de protection des réfugiés et des apatrides sont en Allemagne pour identifier les candidats pouvant bénéficier de l'asile politique parmi les dizaines de milliers de réfugiés présents en Allemagne.

Quelque 20.000 migrants sont arrivés durant le week-end à Munich (sud de l'Allemagne) en provenance d'Autriche, dont une majorité de Syriens, le 6 septembre 2015.
Quelque 20.000 migrants sont arrivés durant le week-end à Munich (sud de l'Allemagne) en provenance d'Autriche, dont une majorité de Syriens, le 6 septembre 2015. Crédit : CHRISTOF STACHE / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL

La France n'a pas attendu que les États-membres de l'Union européenne parviennent à s'accorder sur les solutions à apporter à la crise migratoire actuelle. Une dizaine d'experts de l'Office français de protection des réfugiés et des apatrides (OFPRA) sont déjà présents à Munich depuis la fin de la semaine dernière, malgré l'échec des négociations de lundi 14 septembre à Bruxelles sur la création de quotas de prise en charge des réfugiés.

L'objectif est simple et ambitieux : identifier un millier de réfugiés syriens et irakiens qui pourraient obtenir l'asile politique en France. Il ne s'agit pas pour la France de faire son marché parmi les migrants qui arrivent aujourd'hui en Allemagne. Mais la majorités des Irakiens et des Syriens qui arrivent aujourd'hui en Allemagne ne projettent pas de rejoindre la France. Les futurs réfugiés en France devant faire une demande de leur plein gré pour rejoindre l'Hexagone, les experts de l'OFRPA doivent donc paradoxalement distribuer des documents et diffuser des messages en arabe pour expliquer aux arrivants qu'il existe des solutions d'accueil en France. Ce processus est exceptionnel, les réfugiés devant normalement faire leur demande sur le territoire français.

S'assurer qu'aucun terroriste présumé ne soit infiltré parmi les réfugiés

Valérie Pécresse
Partager la citation

"Près de 600 réfugiés ont déjà rejoint des centres d'hébergement en région parisienne depuis la semaine dernière", explique Pascal Brice, le directeur de l'OFPRA qui supervise directement les opérations à Munich, interrogé par RTL.fr. Quand des réfugiés manifestent leur intérêt au bureau de l'OFPRA, installé au centre des expulsions de Munich, des "experts de protection" sont alors chargés de vérifier la nationalité et le parcours des candidats avant qu'ils soient pris en charge.

Cette procédure accélérée soulève cependant quelques questions en matière de sécurité intérieure. Valérie Pécresse, députée des Yvelines (LR), appelle à la mise en place "d'un dispositif d'extrême vigilance pour s'assurer qu'aucun terroriste présumé ne soit infiltré parmi les réfugiés". Pascal Brice assure que "toutes les précautions sont prises", refusant de s'étendre sur le sujet.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réfugiés Migrants Allemagne
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants