1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Un an de Macron à l'Élysée : tout reste à faire en matière d'écologie
1 min de lecture

Un an de Macron à l'Élysée : tout reste à faire en matière d'écologie

Il a nommé Nicolas Hulot au gouvernement. Le thème du climat était présent dans sa campagne. Un an après son arrivée à l'Élysée, qu'a fait Emmanuel Macron sur les questions environnementales ?

Le Président Macron (à droite) accompagné de son ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, le 15 novembre 2017 en Allemagne
Le Président Macron (à droite) accompagné de son ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, le 15 novembre 2017 en Allemagne
Crédit : AFP / JOHN MACDOUGALL
Un an de Macron à l'Élysée : tout reste à faire en matière d'écologie
01:45
Virginie Garin & Loïc Farge

"Pour l'instant, le bilan est faible", disent les défenseurs de l'environnement. La réduction du nucléaire a été repoussée. Il y a eu un plan d'économies d’énergie pour le bâtiment qui a laissé dubitatives les associations.

Emmanuel Macron a dit qu'il allait interdire le glyphosate (le désherbant) dans trois ans. Pour l'instant, ça se limite à un tweet du Président. Mais rien encore n'est confirmé dans une loi.

Il y a eu quelques avancées : l'abandon de l'aéroport de Nantes, la décision de fermer nos dernières centrales à charbon, le fait que la France devienne le premier pays au monde à décider de ne plus forer de pétrole (même si va va prendre quarante ans).

Mais Emmanuel Macron a surtout été fort dans ses discours internationaux. Il a remis en place Donald Trump quand il a quitté l'Accord sur le climat. Il a organisé une grande conférence à Paris. Il est devenu une voix qui compte sur le changement climatique à l'étranger. Mais en France, les actes pour l'instant sont insuffisants.

Trois rendez-vous pour Nicolas Hulot

À lire aussi

Il va y avoir dans les mois qui viennent des moments de vérité. D'abord une loi sur l'alimentation : on verra ce qui reste des projets d'abandon des pesticides et de développement du bio.

Ensuite une loi sur la mobilité : on verra si le gouvernement compte vraiment développer les transports propres. Enfin une loi de programmation de l'énergie : on saura si la France va fermer des réacteurs nucléaires, combien, ou pas du tout.

Nicolas Hulot s'était donné un an pour voir. Il va sans doute attendre ces trois rendez-vous pour savoir si l'Élysée le soutient ou s'il doit partir

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/