1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. UMP : le réquisitoire de Fillon contre la présidence de Copé
2 min de lecture

UMP : le réquisitoire de Fillon contre la présidence de Copé

François Fillon a dénoncé "le chaos" et les "problèmes de leadership" de l'UMP, lors de l'assemblée générale de son association Force républicaine.

François Fillon à Vertou (Loire-Atlantique), le 22 mai 2014 (Archives).
François Fillon à Vertou (Loire-Atlantique), le 22 mai 2014 (Archives).
Marion Dautry & AFP

Environ 800 personnes, dont 120 députés et sénateurs étaient réunis ce mardi 3 juin pour l'assemblée générale de l'association de soutien à François Fillon, Force républicaine. L'ancien Premier ministre, membre du triumvirat à la tête de l'UMP, y a tenu un discours extrêmement critique vis-à-vis de la précédente direction du parti.

Jean-François Copé étrillé

François Fillon a fustigé le bilan de l'UMP depuis la dernière élection présidentielle, visant sans jamais le nommer Jean-François Copé, président démissionnaire. Il a ainsi évoqué le "problème de leadership, problème de projet politique, problème d'éthique", "sur fond de disputes fratricides et de coups tordus", rapporte Le Parisien.

"Les soupçons et les affaires nous ont blessés", a-t-il ajouté, faisant allusion à l'affaire Bygmalion qui a mis fin à la présidence de Jean-François Copé, allant jusqu'à rejaillir sur Nicolas Sarkozy. "On peut mentir, tricher, détourner l'argent des adhérents et des sympathisants et prétendre représenter la France et les Français ?", demande-t-il, dénonçant les "turpitudes" de ces derniers mois.

L'échec de près de deux ans d'opposition

L'ancien Premier ministre s'en est également pris à l'échec de l'UMP en tant que parti d'opposition. "Depuis la défaite présidentielle et législative de 2012, nous n'avons pas réussi à incarner une alternative solide et vraiment nouvelle. Notre période d'opposition n'a pas été mise à profit pour renouveler nos logiciels", a-t-il regretté, cité par Le Figaro.

À écouter aussi

Il a également déploré que l'UMP et l'UDI n'aient pas su se rassembler pour faire front lors des élections européennes. "Il faudra choisir : soit la victoire ensemble, soit le risque de défaite", dit-il, évoquant "la pression du Front national". "Nous devons ressaisir nos forces, redéfinir notre ligne politique", a-t-il préconisé, alarmant sur la nécessité de "sauver l'UMP d'une disparition désormais possible".

Une feuille de route pour le triumvirat

François Fillon a également livré sa vision de l'avenir pour le triumvirat qu'il forme avec Jean-Pierre Raffarin et Alain Juppé à la tête de l'UMP. "Nous avons accepté une mission d'urgence. Il s'agit de restaurer la confiance des militants et des Français en contribuant à faire toute la lumière sur ce qui s'est passé", a-t-il annoncé.

Il a souhaité "assurer les conditions exemplaires et transparentes d'un congrès au mois d'octobre", seul moyen selon lui de sortir du "chaos" dans lequel se trouve le parti.

François Fillon, qui avait accusé Jean-François Copé de lui avoir "volé" la présidence du parti, n'a pas encore annoncé sa décision de se présenter ou non à l'élection du mois d'octobre. Mais il ne cache pas ses prétentions pour la présidentielle de 2017 et les partisans du retour de Nicolas Sarkozy voient déjà en lui, et en Alain Juppé, des adversaires gênants.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/