3 min de lecture Nicolas Sarkozy

UMP : la semaine où le nom de Nicolas Sarkozy a été sur toutes les lèvres

VIDÉOS - Depuis la démission de Jean-François Copé de la tête de l'UMP, le parti se cherche une nouvelle direction. Une actualité qui pourrait rapprocher le calendrier du retour en politique de l'ex-président.

Nicolas Sarkozy le 10 mars 2014
Nicolas Sarkozy le 10 mars 2014 Crédit : AFP / Valéry Hache
Raphaël Bosse-Platière
Raphaël Bosse-Platière
Journaliste RTL

Le retour en politique de Nicolas Sarkozy suscite de moins en moins de doutes. Après la technique dite de la carte postale, l'ancien chef de l'État a multiplié les apparitions en public ces derniers mois. 

Mais depuis plusieurs jours, et la démission de Jean-François Copé à la tête de l'UMP, son nom circule parmi les potentiels candidats à la présidence du parti lors du congrès qui se tiendra à l'automne prochain. Retour sur une semaine où Nicolas Sarkozy - et ses proches - ont distillé l'idée d'un retour en politique plus rapide que prévu.

Lundi 2 juin

Près d'une semaine après la démission du président de l'UMP, le parti est dirigé par le triumvirat Raffarin/Fillon/Juppé. Les deux derniers ne cachant pas leurs ambitions, les proches de Nicolas Sarkozy s'inquiètent. Et si les anciens premiers ministres en profitaient pour placer leurs hommes en vue de la primaire ? Une hypothèse qui pourrait inciter l'ancien chef de l'État à rentrer dans la course plus tôt que prévu.

>
VIDÉO - Triumvirat à l'UMP : "Les sarkozystes, inquiets, tirent à boulets rouges" Crédit Média : RTL.fr | Date :

Mardi 3 juin

Au lendemain de son déjeuner avec Vladimir Poutine, qui intervient quelques jours avant la visite du président russe à l'Élysée, Nicolas Sarkozy a laissé planer le doute à propos de sa participation aux commémorations du Débarquement. Après avoir décliné "pour raison d'agenda" dans un premier temps, il a finalement confirmé sa présence.

À lire aussi
OEIL-REPUBLIQUE_POP_795x530 RTL Originals
L’œil de la République : la candidature de Sarkozy, l'un des moments qui a le plus marqué Duhamel

Pendant ce temps-là, à Paris, Bernard Tapie avait un conseil à donner à celui qu'il définit comme son ami. "Surtout ne reviens pas", lui lançait l'ancien patron d'Adidas sur RTL, qui en a profité pour rappeler qu'il "n'aime pas" François Hollande.

>
Bernard Tapie : "Je n'aime pas François Hollande" Crédit Image : Fréderic Bukajlo / Abacapress pour RTL | Crédit Média : Jean-Michel Aphatie | Date :

Mercredi 4 juin

Dans une tribune publiée dans Le Monde, l'un des plus fidèles lieutenants de Nicolas Sarkozy est monté au créneau pour lui. Son ancien collaborateur et ami de longue date, Brice Hortefeux, a appelé de ses vœux une candidature de l'ex-président pour reprendre les rênes de l'UMP.

Le même jour, l'ancien locataire de l'Élysée a reçu un soutien pour le moins inattendu. Son ex-rival Dominique de Villepin a estimé que "Sarkozy est un des très rares à pouvoir rassembler la droite".

>
"Le retour de Nicolas Sarkozy, c'est maintenant" Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :

Jeudi 5 juin

Devant l'imminence d'un retour de Nicolas Sarkozy, certains à l'UMP commencent à crier au hold-up. Après Xavier Bertrand, qui avait souhaité que ceux qui ont participé à la campagne de 2012 "restent à l'écart", Bernard Debré en a rajouté une couche. "L'UMP n'a pas à se courber devant Sarkozy", a estimé le député de Paris. De quoi modérer l'enthousiasme d'un éventuel retour de l'ex-président.

>
VIDÉO - "Nicolas Sarkozy, la solution ou le problème de l'UMP ?" Crédit Image : RTL.fr | Crédit Média : RTL.fr | Date :

Vendredi 6 juin

Nicolas Sarkozy s'est rendu en Normandie, pour commémorer le 70e anniversaire du D-Day, en compagnie de 19 chefs d'État et de gouvernement, ainsi que d'un autre ancien Président français, Valéry Giscard d'Estaing.

En marge des célébrations, le mari de Carla Bruni a estimé que "la politique n'avait pas sa place là". Et d'ajouter : "Un autre jour peut-être." 

Nicolas Sarkozy a également tenu un discours à double sens, lorsqu'il a déclaré que "l'on échappe pas à son destin". Parlait-il des GI's tombés à la guerre ou de son cas personnel ? Dans tous les cas, s'il veut se présenter à la présidentielle 2017, les Français souhaitent qu'ils passent par une primaire à l'UMP.

>
"Les trois lois de Nicolas Sarkozy" Crédit Image : dailymotion | Crédit Média : Alba Ventura | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nicolas Sarkozy Politique UMP
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants