2 min de lecture François Fillon

UMP : l'inventaire de Sarkozy passe à la trappe

RÉACTIONS - La convention UMP sur le quinquennat de Nicolas Sarkozy s'est muée, jeudi, en une session d'attaques en règle contre le pouvoir en place.

Nicolas Sarkozy
Nicolas Sarkozy Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Sylvain Chazot Journaliste

L'UMP tenait convention, ce jeudi, rue de Vaugirard, sur les 5 années de Nicolas Sarkozy à l'Élysée. De nombreux ténors du parti brillaient pourtant par leur absence : Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez, François Fillon...

Ceux-là même qui, il y a un peu moins d'un an, s'étaient farouchement opposés à la ligne dure prônée par Jean-François Copé dans la course à la présidence de l'UMP. Ceux-là même qui réclamaient un inventaire du dernier quinquennat. Ceux-là même qui, depuis un certain soir de mai 2012, souhaitent tourner la page Sarkozy

Copé dénonce le "FNPS"

La convention s'est donc déroulée devant des personnes majoritairement opposées à toute remise en question des années sarkosystes. "La gauche a très bien fait l'inventaire de Sarkozy. Il faut que nous, nous parlions à nos électeurs et quand je parcours la France, personne ne vient me voir pour me dire qu'il faut faire l'inventaire du précédent quinquennat", a ainsi déclaré Geoffroy Didier, co-fondateur du mouvement La Droite forte, interrogé par RTL.

La gauche a très bien fait l'inventaire de Sarkozy

Geoffroy Didier
Partager la citation

Et l'inventaire s'est mué en débat. En témoigne le discours d'ouverture de Jean-François Copé, ce dernier critiquant essentiellement le début de quinquennat de… François Hollande.

À lire aussi
Roselyne Bachelot et François Fillon, lors d'une conférence de presse sur le H1N1 le 24 septembre 2009 Roselyne Bachelot
Coronavirus : retour sur le "commando" de Fillon et Bachelot pour lutter contre la grippe H1N1

"Oui, j'accuse le président de la République de favoriser, par sa politique, la montée du Front national, a-t-il lancé. (…) N'ayons pas peur des mots, il n'y a pas de UMPS, mais il y a un FNPS." 

N'ayons pas peur des mots, il n'y a pas de UMPS, mais il y a un FNPS

Jean-François Copé
Partager la citation

Très critique à l'égard de l'actuel chef de l'État, Jean-François Copé fut en revanche bienveillant à l'égard de l'ancien. Toute l'action de Nicolas Sarkozy a trouvé grâce à ses yeux, notamment la défiscalisation des heures supplémentaires. Toute ? Pas tout à fait : une mesure sociale, applaudie par une partie de la gauche à l'époque de son adoption, a bien été vilipendée. "La lucidité, c'est de voir que des réformes comme le RSA n'ont pas produit les résultats escomptés", a ainsi reconnu le député-maire de Meaux.

Jean-François Copé a ainsi répondu aux attentes d'une partie de l'UMP qui refuse de faire l'inventaire de Nicolas Sarkozy. "Il a eu le mérite de faire en sorte que le débat ne parte pas en vrille", a ainsi noté Geoffroy Didier.

Divisions

"Il faut arrêter avec cette droite qui s'auto-flagelle, qui s'excuse de ce qu'elle a fait et qui s'excuse de ses valeurs", commentait jeudi matin un autre cadre du parti. "Plutôt que de faire un inventaire sur Nicolas Sarkozy, la droite pourrait faire un inventaire sur elle-même et sur son comportement. On a besoin d'un parti uni", précise ce sarkozyste. 

Il faut arrêter avec cette droite qui s'auto-flagelle

Un cadre de l'UMP
Partager la citation

"Tous ceux qui voulaient faire l'inventaire auraient mieux fait de venir autour de la table", a argué Geoffroy Didier. "Il n'y a pas mieux pour retrouver l'unité que de faire du fond", a-t-il conclu.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
François Fillon François Hollande Jean-François Copé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants