1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Terrorisme : les palpations doivent "s'effectuer sans distinction de sexe", plaide une députée
1 min de lecture

Terrorisme : les palpations doivent "s'effectuer sans distinction de sexe", plaide une députée

L'amendement proposé par l'élue LR Valérie Boyer, lundi 25 septembre, a été qualifié "d'absolument ahurissant" par Gérard Collomb.

La députée UMP des Bouches-du-Rhône Valérie Boyer est en pointe sur les questions mémorielles
La députée UMP des Bouches-du-Rhône Valérie Boyer est en pointe sur les questions mémorielles
Crédit : AFP
Félix Roudaut
Félix Roudaut

Aux grands maux les grands remèdes. Face à l'ampleur de la menace terroriste en France, la députée Les Républicains (LR) Valérie Boyer souhaite assouplir la réglementation concernant les palpations policières. Face à aux élus réunis lundi 25 septembre à l'Assemblée nationale, cette proche de François Fillon a défendu bec et ongle ses amendements au projet de loi antiterroriste n°442 et 443 visant à simplifier cette pratique.

Alors que le premier amendement doit permettre aux forces de l'ordre de palper des individus sans leur consentement dans des lieux susceptibles d'être la cible d'un attentat, le second ambitionne de permettre aux femmes de palper des hommes et vice versa. Aujourd'hui, la loi dispose que la palpation doit être effectuée par une personne de même sexe.

"Face aux terroristes nous nous devons d’agir vite et efficacement pour la sécurité des Français. C’est pourquoi cet amendement prévoit que les palpations de sécurité puissent s’effectuer sans distinction de sexe", a justifié l'élue, comme le relève Europe 1.

L'amendement 443 et sa promotrice n'ont pas manqué de récolter une volée de bois vert dans l'hémicycle. "Dans les aéroports, puisque l'un de vos collègues l'a signalé, il y a quand même en général deux files où des hommes fouillent des hommes et des femmes, des femmes. Franchement, ne pas faire ça sur des raisons de sécurité, c'est de la caricature incroyable. Vous vous ridiculisez", a par exemple cinglé Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur qui n'a pas hésité à qualifier l'amendement d'"absolument ahurissant".

À lire aussi

Une vision semble-t-il partagée par une majorité de députés puisque la proposition de Valérie Boyer a été rejetée. L'amendement 442, relatif au consentement de l'individu palpé, a subi le même sort.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/