1 min de lecture Impôts

Taxe sur les signes extérieurs de richesse : qui serait concerné ?

Bruno Le Maire et Gérard Darmanin se disent prêts à taxer certains signes extérieurs de richesse comme les yachts et les avions de luxe. Mais cette mesure, plus symbolique qu'autre chose, ne concernerait pas beaucoup de Français.

RTL Matin
Impôts :
Crédit Média : Martial You Crédit Image : Martin BUREAU / AFP

La taxe sur les signes ostentatoires de richesse, voulue par Bruno Le Maire et Gérald Darmanin, ne concernerait pas beaucoup de monde en France. Envisagée dans le cadre de la réforme de l'ISF, cette mesure ne toucherait qu'une infime partie de la population française. 


Concernant les yatchs, ce sont entre 20 et 30 bateaux de plus de 18 mètres qui ont été vendus dans le monde en 2016 et 45 immatriculations de gros bateaux de plaisance sont enregistrés en France. Du côté de l'aviation de luxe, 600 jets sont vendus dans le monde chaque année mais moins de 100 propriétaires sont français. En revanche, la France reste un pays qui aime l'or. Entre 5 et 6 millions de personnes possèdent des lingots ou des placements financiers. Mais ces biens sont rarement vendus, car les taxes existantes sont déjà trop importantes.

Les derniers gouvernements ont souvent renoncé à taxer ce type de biens car ils sont facilement délocalisables. Le marché de l'art est, par exemple, un marché très fluctuant, il serait extrêmement difficile de le taxer. En revanche, le secteur fait vivre 54.000 personnes en France. Pour les avions de luxe, la mesure serait inutile car ils sont la plupart du temps loués et concernant les yatchs, ils sont déjà majoritairement immatriculés à Chypre ou à Malte. 

Cette mesure s'apparente à une taxe symbolique afin de contrebalancer un nouvel ISF promit par Emmanuel Macron qui divise la majorité car il favorisera les patrimoines forts en actions.

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés