1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Taxe à 75% : comment cette mesure a marqué le quinquennat de François Hollande
1 min de lecture

Taxe à 75% : comment cette mesure a marqué le quinquennat de François Hollande

REPLAY - La taxe à 75% a discrètement été enterrée, ce dimanche 1er février. Malgré la polémique, elle a permis à François Hollande de relancer sa campagne en vue de la présidentielle de 2012.

François Hollande le 28 janvier 2015 à l'Élysée.
François Hollande le 28 janvier 2015 à l'Élysée.
Crédit : MARTIN BUREAU / AFP
Taxe à 75% : comment cette mesure a marqué le quinquennat de François Hollande
01:38
micros
La rédaction numérique de RTL

Elle n'aura été appliquée que deux ans. Terminée, la taxe à 75% voulue par François Hollande. Cette mesure polémique visait les revenus annuels supérieurs à 1 million d'euros. Grâce à cette taxe, l'État aura empoché 420 millions d'euros. Une maigre enveloppe au vu de toute l'agitation suscitée dès la fin de la campagne présidentielle.

Relancer la campagne de François Hollande

En février 2012, la campagne du candidat François Hollande piétine. Il demande alors à son équipe des idées pour la relance. Son conseiller, Aquilino Morelle, qui se souvient entre autres de l'émotion suscitée par ces patrons du CAC qui augmentent leur salaire, lui envoie par mail une note de deux pages dans laquelle il suggère cette taxe de 75%.

Le lendemain, une réunion autour du chef de l'État avec Stéphane Le Foll, Pierre Moscovici, Manuel Valls se tient. L'idée est entérinée. Rien ne filtre jusqu'au soir quand sur TF1, François Hollande fait son annonce surprise. Au même moment sur France 2, dans l'émission Mots Croisés, Jérôme Cahuzac le conseiller budget du candidat socialiste, n'est pas sur la même longueur.

Un symbole encombrant

Le futur ancien ministre dévie la conversation. Jérome Cahuzac ne voulait pas de cette proposition qui suscite une énorme polémique dès le lendemain matin et remet François Hollande au centre du jeu. Après l'élection, elle est édulcorée puis retoquée par le Conseil d'État. Elle sera enfin aménagée et enfin ce 1er février, enterré. Le symbole devenu encombrant aura marqué le quinquennat du président.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/