3 min de lecture Économie

Tafta : "François Hollande décide de ne pas allumer un incendie pour la présidentielle", analyse Olivier Bost

REPLAY - REPLAY / ÉDITO - François Hollande pourrait sciemment retarder le traité Tafta afin d'éviter d'enflammer l'opinion publique et de doper ses rivaux pour 2017.

Alba Ventura L'Edito politique Alba Ventura
>
Tafta : "François Hollande décide de ne pas allumer un incendie pour la présidentielle", analyse Olivier Bost Crédit Image : RAYMOND ROIG / AFP | Crédit Média : Olivier Bost | Date :
La page de l'émission
Olivier Bost
Olivier Bost

François Hollande a-t-il changé d’avis sur le Tafta, cet accord de libre-échange entre l’Europe et les États-Unis ? Ce genre de grand accord, c’est un mélange de grands intérêts économique de diplomatie et de politique nationale. Mais un changement de pied pareil de la part de François Hollande est guidé avant toute chose par des raisons politiques franco-française. Il envoie ainsi à peu de frais un message à sa gauche. Son analyse et celle de ses proches, c’est qu’un accord est impossible, que les États-Unis ne sont prêts à aucune concession.

Avec toutes les conditions posées depuis ces derniers jours, la France menace clairement de faire couler les négociations. Et si François Hollande le fait sciemment en connaissance de cause c’est parce que dans un an il y a une élection présidentielle tout simplement.

Éviter de favoriser le FN et Mélenchon

L'échéance proche de la présidentielle compte d'abord du point de vue de l’opinion majoritairement hostile à ce Tafta, mais ce n’est pas tout. Souvenez-vous en 2012 pendant la précédente campagne. L’Europe était le pire de tous nos maux, il fallait tout refaire. Nicolas Sarkozy promettait de dénoncer Schengen dès le lendemain de sa réélection. François Hollande promettait de renégocier le traité budgétaire. La suite, on l’a connait. François Hollande n’a jamais rien renégocié et s’est dépêché d’aller le signer.

À lire aussi
Un avis de taxe foncière en 2018 (illustration). impôts
Taxe foncière : c'est le dernier jour pour payer par courrier

4 ans plus tard, l’Europe sert toujours de bouc émissaire et la pression de l’extrême droite n’a jamais été aussi forte. Car c’est le problème sur ces grands sujets-là. En embuscade il y a le Front National et Jean-Luc Mélenchon. Et ça se vérifie complètement avec le Tafta. Quel plus beau symbole pour le FN qu’une France qui serait bradée à une mondialisation forcément sauvage ? Et encore mieux que le péril européen, l’anti-américanisme est un ressort éternel de la vie politique française. Et comme en plus, sur ce coup-là, les Allemands sont aussi de la partie... Là c’est la totale.

Un sujet de discorde à gauche comme à droite

Il y a l’Allemagne, l’Europe, et les Américains dans l’affaire, il y a de quoi réveiller pas mal de réflexe encore bien ancré dans notre pays. À peu de frais donc, François Hollande décide de ne pas allumer un incendie pour la présidentielle. Vous remarquerez que les Républicains se sont aussi montrée globalement très réservés sur ce sujet décidément trop sensible. Car si la gauche est divisée entre ses euro-septiques et ses pro-européens depuis 2005, la droite est elle divisée entre ses libéraux et ses souverainistes, et ce n’est pas le moment de raviver des divisions.
 
Le traité va-t-il être enterré ? Ses détracteurs les plus chevronnés en doutent. Les plus paranos soupçonnent même François Hollande de faire un coup de bluff pour marquer ensuite quelques victoires dans les négociations. Mais quand vous interrogez ceux qui sont les plus proches des négociations, pour eux il n’y aura pas d’acte officiel de décès du Tafta. Les discussions entre l’Europe et les États-Unis vont seulement s’enliser. On en parlera encore un peu, mais ce ne sera pas un sujet dans la campagne présidentielle en France.

L'Europe interviendra autrement dans la campagne

Alors attention quand même, ce n’est pas pour ça que l’on ne parlera pas d’Europe dans la campagne. Rappelons qu'il y a toujours une vague migratoire, que la Grèce n’est pas encore en grande forme et que la Grande-Bretagne va peut-être voter, dans deux mois, pour sortir de l’Europe. Si c’est le cas, le Front national en fera bien sur un argument de campagne. Les socialistes comme les Républicains devront alors redoubler d’imagination pour expliquer que l’Europe ça peut-être quelque chose de bien.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Commerce François Hollande
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7783002849
Tafta : "François Hollande décide de ne pas allumer un incendie pour la présidentielle", analyse Olivier Bost
Tafta : "François Hollande décide de ne pas allumer un incendie pour la présidentielle", analyse Olivier Bost
REPLAY - REPLAY / ÉDITO - François Hollande pourrait sciemment retarder le traité Tafta afin d'éviter d'enflammer l'opinion publique et de doper ses rivaux pour 2017.
https://www.rtl.fr/actu/politique/tafta-francois-hollande-decide-de-ne-pas-allumer-un-incendie-pour-la-presidentielle-analyse-olivier-bost-7783002849
2016-04-27 08:38:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/oR-Ma8uD6PuacQpP3sgtYg/330v220-2/online/image/2016/0427/7783003493_le-traite-tafta-ne-fait-pas-l-unanimite.jpg