2 min de lecture Syrie

Syrie : Emmanuel Macron critique vertement les "leçons" de François Hollande

En voyage officiel en Inde, Emmanuel Macron a sèchement répondu à François Hollande qui appelait la France et l'Europe à "se mettre en mouvement" sur le conflit syrien.

François Hollande et Emmanuel Macron, le 14 mai 2017 à l'Élysée
François Hollande et Emmanuel Macron, le 14 mai 2017 à l'Élysée Crédit : AFP / Stéphane de Sakutin
Claire Gaveau
Claire Gaveau
et AFP

Entre Emmanuel Macron et François Hollande, le divorce est consommé. Alors que François Hollande est sorti du silence pour commenter l'actualité syrienne, le chef de l'État n'a pas tardé à réagir.

À Bénarès, en Inde, l'actuel président de la République a sévèrement attaqué son prédécesseur, sans jamais le nommer. "Il y a des commentaires dans le cadre de la vie démocratique. Et chacun prend ses responsabilités. (...) Il faut être clair : la France n'interviendra pas militairement sur le sol en Syrie. Je vous le dis très fermement. Et je crois que certaines personnes qui donnent des leçons ont elles-mêmes décidé la même chose".

François Hollande, dans une interview au quotidien Le Monde, avait émis une critique acerbe vis-à-vis de la gestion du conflit syrien. "C'est la Russie qui est la puissance principale en Syrie et le risque est sérieux d'une escalade si aucune limite ne lui est fixée (...) On doit parler à Vladimir Poutine (...) Mais ce n'est pas une raison pour la laisser avancer ses pions sans réagir", avait-il déclaré appelant dès lors la France, l'Europe et l'Otan à "se mettre en mouvement".

"Si j'ai été aussi dur sur le régime de Bachar, ce n'est pas pour le laisser massacrer son peuple

François Hollande
Partager la citation

Dans la Ghouta orientale, où le régime de Damas, allié de Moscou, poursuit une offensive depuis le 18 février, comme à Afrine, François Hollande plaide pour l'instauration de zones d'exclusion aérienne afin de faire cesser des bombardements sur hôpitaux et civils, en notant que les "lignes rouges ne peuvent concerner les seules armes chimiques". "Si j’ai soutenu les Kurdes dans le cadre de la coalition, ce n’est pas pour les laisser dans la situation où ils sont", a-t-il lancé.

À lire aussi
Drapeau syrien, illustration épidémie
Les infos de 12h30 - Syrie : malade du coeur, la petite Française de 7 ans a été rapatriée

Avant d'ajouter : "Si j'ai été aussi dur sur le régime de Bachar Al-Assad, et je l'ai été avec constance, ce n'est pas pour le laisser liquider son opposition et massacrer son peuple". À la différence de son prédécesseur, Emmanuel Macron ne fait plus du départ de Bachar al-Assad un préalable à la recherche d'une solution politique en Syrie.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Syrie François Hollande International
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants