1 min de lecture Chroniques

Sur RTL, Christine Lagarde : "La France sort enfin du rouge !"

Christine Lagarde, ministre de l'Economie, de l'Industrie et de l'Emploi était l'invitée de RTL Matin jeudi. Elle répondait aux questions de Marc Tronchot. En exclusivité pour RTL, Christine Lagarde a révélé qu'"après quatre trimestres négatifs, la France sort enfin du rouge et la croissance redevient positive à + 0,3 %. C'est un chiffre évidemment très positif, qui nous surprend, qui nous réjoui".

Micro RTL
La rédaction de RTL Journalistes RTL

Bonjour Mme Lagarde...
Bonjour M. Tronchot.

On croit sentir à travers la presse, qui elle-même se fait l'écho de ce que pensent les acteurs économiques, qu'un début même timide de reprise se profile. Les chiffres de la croissance au premier trimestre n'avaient pas été bien fameux. Le produit intérieur brut avait reculé de 1,2%. Est-ce que les chiffres du 2ème trimestre sont encourageants ou toujours en-deça des espérances ?
Je vais les réserver pour votre radio. Ils sont extrêmement surprenants. Après 4 trimestres négatifs, la France sort enfin du rouge. Et la croissance redevient positive à +0,3%. C'est un chiffre évidemment très positif, qui nous surprend.

Vous avez l'air.
Qui nous réjouit. La France se distingue clairement de ses voisins. A les chiffres à ce jour de l'Italie... moins 0,3... de la Grande-Bretagne... moins 0,8... des États-Unis... moins 0,3... La France est à + 0,3%.

Qu'est-ce que vous retenez de plus important dans ces chiffres, parce que j'imagine qu'il y en a beaucoup ?
Bien sûr. Je les ai longuement analysé très tôt ce matin. Ce qu'on constate, c'est que d'une part la consommation des Français tient... elle fait +0,3 après un +0,2 au trimestre précédent. Alors ça résulte de quoi ? Ça résulte de la baisse des prix à la consommation, donc c'est bon pour le pouvoir d'achat des Français. L'inflation, vous connaissez le chiffre de juillet, à moins 0,7, aide évidemment dans ce contexte, mais on constate aussi que les prix à la consommation dans la grande distribution en particulier ont baissé aussi. Et ça j'y vois évidemment l'impact de la loi de modernisation de l'économie. Si on regarde l'impact de la prime à la casse sur la consommation, on s'aperçoit évidemment qu'il y a eu plus de consommation de véhicules automobiles. Mais ça n'a pas nui aux autres consommations. C'est-à-dire que les Français qui ont décidé d'acheter un véhicule pour autant n'ont pas réduit la consommation par exemple de services, ce qu'on aurait pu craindre. 2ème moteur important, qui là aussi marque un vrai changement, c'est la contribution des exportations. On a plus exporté qu'on a importé, et ça c'est à nouveau le grand élan qui a été donné par le président de la République en particulier au niveau des grands contrats, on a une exportation de biens industriels qui est tout à fait importante avec une contribution de +0,9. Là aussi un impact très fort. La prime à la casse en Allemagne nous a aidés aussi puisqu'on a pu exporter des véhicules français vers nos voisins d'outre-Rhin... 3ème moteur de la croissance, qui se divise en deux si vous voulez, c'est l'investissement. On constate au niveau des investissements des entreprises publiques, là aussi, un redressement, du positif, et c'est clairement le plan de relance qui a été initié très tôt par la France par opposition à un certain nombre de ses voisins et qui clairement commence à porter ses fruits. En revanche, et là on s'aperçoit que les entreprises privées ne sont pas encore au rendez-vous, même si on a une toute petite inflexion, mais les investissements des entreprises privées, elles, contribuent en négatif et sont à moins 1,8 après -1,9 en T1.

En T1, c'est-à-dire ?
T1, pardon, c'est le premier trimestre 2009... Donc, on a un moteur consommation qui tient et qui est alimenté par l'amélioration du pouvoir d'achat, la baisse de l'inflation, le soutien au secteur automobile... Un secteur exportation fort contributeur grâce à la politique du président Sarkozy sur les grands contrats en particulier et l'accent mis sur le secteur industriel. Et puis des investissements des entreprises publiques qui soutiennent, mais où on a encore besoin que les entreprises privées mettent le pied à l'étrier et recommencent à investir. Ce n'est pas encore aujourd'hui le cas.

C'est très complet. Le message que vous adressez à l'opinion Mme Lagarde et aux entreprises ce matin, c'est un message d'optimisme prudent ou bien de patience... encore... pas question de dire je veux dire, les clignotants sont tous au vert... généralement ça n'a pas porté bonheur à ceux qui l'ont dit.
Non. Ce que je dis, c'est qu'après 4 trimestres dans le rouge, on en sort. On n'a pas encore le chiffre de l'Allemagne. On est un des seuls pays aujourd'hui à en sortir...

Bon élève...
Vous savez, je crois que derrière le président de la République et le Premier ministre, on a tous serré les rangs, et on a essayé de mettre en place une politique économique qui tienne la route. Lors que le président de la République a choisi une politique de soutien à l'investissement, il avait vu très juste. Qu'est-ce qui a tenu jusqu'à maintenant ? La consommation, les exportations qui repartent. Il faut clairement qu'on continue à soutenir l'investissement privé. Moi, ça m'encourage beaucoup pour réformer la taxe professionnelle dès la rentrée, parce qu'il faut absolument que les  entreprises soient incitées à investir dans de l'investissement productif.

Il y a quand même un point noir, c'est le déficit budgétaire qui se creuse, les recettes fiscales qui plombent le déficit, notamment l'impôt sur les sociétés. Il y a une parade ou on attend que ça se passe en espérant les retombées de ce que vous venez de nous dire en terme de croissance.
Sur le déficit... D'abord il faut savoir qu'aujourd'hui, tous les économistes sérieux encouragent tous les pays à faire de la dépense publique. Parce qu'on sait très bien qu'aujourd'hui c'est la seule façon qu'on a de sortir de la crise. C'est aussi le seul crédible, enfin c'était, ça s'améliore un petit peu maintenant, mais c'était le créancier le plus crédible susceptible d'emprunter. Donc, c'était encourager et normal de faire de dépense publique. Et ça clairement, en période de vache maigre puisqu'on ne rentre pas beaucoup d'impôts sur les sociétés en particulier, même si sur l'impôt sur le revenu on aura sans doute de meilleures nouvelles, c'est normal qu'on creuse du déficit. Et ce déficit-là, c'est comme un moteur si vous voulez... vous engagez la 2ème, la 3ème, la 4ème, parce qu'il faut mettre de l'argent public, dès lors que vous êtes en mesure de rétrograder et que le déficit descend, ça va. Ce sur quoi il faut absolument qu'on s'engage, qu'on continue de s'engager, c'est la réduction du déficit structurel, et je crois que dans ce contexte, que la réforme des retraites qui va être engagée à l'initiative de Xavier Darcos, va être un des indicateurs en même temps que notre détermination à réduire évidemment la dépense publique et en particulier à réduire le nombre de fonctionnaires, en n'embauchant qu'1 fonctionnaire sur 2 qui part à la retraite.

Vous parliez tout à l'heure des prix à la consommation... il y a un risque de déflation Madame... ça fait trois mois que les prix baissent...
Non, non. Je suis assez catégorique sur ce point-là et l'immense majorité des économistes sont sur la même ligne que moi, ou je suis sur la même ligne qu'eux, ça n'a pas d'importance mais l'essentiel c'est la conclusion qu'on tire. On n'entre pas dans une période de risque de déflation. Pourquoi ? Parce qu'aujourd'hui on a une inflation négative, par ce que les économistes appellent un effet de base. Si vous vous souvenez du prix du  litre d'essence au mois de juillet dernier, il était d'à peu près 40% supérieur au prix de l'essence aujourd'hui. Et on a un effet matière première parce qu'on compare évidemment les mêmes situations... juillet 2008 par rapport à juillet 2009, avec un prix des matières premières qui a considérablement baissé entre temps. Si on regarde en revanche ce que les économistes appellent l'inflation sous-jacente, c'est-à-dire sans tenir compte des grandes variations comme celle de l'énergie, là on a toujours une inflation qui est largement au-dessus de zéro. Donc, ne n'ai pas du tout de crainte de déflation.

Et la baisse des prix dans la restauration, vous n'êtes pas un peu déçue, ce n'est pas très très convainquant tout de même l'effort qu'ont pu faire les restaurateurs.
Ah, écoutez, j'espère qu'ils vont continuer sur la même lancée... Je crois que la baisse de prix des restaurants, de 1,3%, c'est toujours bon à prendre. Et puis je crois que les Français qui fréquentent les restaurants qui ont accepté de jouer le jeu l'apprécient. Il faut que ça suive, il faut que tout le monde joue le jeu. Je suis heureuse de voir que les responsables, les Fédérations professionnelles incitent les adhérents à le faire. Il faut absolument jouer le jeu. Le gouvernement a délivré, si j'ose dire, le président de la République s'était engagé. Il a tenu sa promesse. La TVA est passée de 19,6 à 5 point 5. Il faut que les promesses soient tenues et dans le domaine de la baisse des prix, et dans le domaine de l'emploi, comme le rappelait tout à l'heure Laurent Wauquiez sur votre antenne, et dans le domaine des investissements.

Merci Mme Lagarde pour ces bonnes nouvelles. Mme Lagarde qui était l'invitée de RTL ce matin.

Lire la suite
Chroniques L'invité de RTL Économie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
5926861861
Sur RTL, Christine Lagarde : "La France sort enfin du rouge !"
Sur RTL, Christine Lagarde : "La France sort enfin du rouge !"
Christine Lagarde, ministre de l'Economie, de l'Industrie et de l'Emploi était l'invitée de RTL Matin jeudi. Elle répondait aux questions de Marc Tronchot. En exclusivité pour RTL, Christine Lagarde a révélé qu'"après quatre trimestres négatifs, la France sort enfin du rouge et la croissance redevient positive à + 0,3 %. C'est un chiffre évidemment très positif, qui nous surprend, qui nous réjoui".
https://www.rtl.fr/actu/politique/sur-rtl-christine-lagarde-la-france-sort-enfin-du-rouge-5926861861
2009-08-13 19:00:00