4 min de lecture Immigration

Sur l'immigration, Emmanuel Macron va-t-il plus loin que Nicolas Sarkozy ?

DÉCRYPTAGE - L'opposition assure qu'Emmanuel Macron va plus loin que Nicolas Sarkozy en matière d'immigration. Quels sont les points de crispation qui permettent aux détracteurs du Président de faire ce parallèle ?

Emmanuel Macron, lors de son déplacement à Calais le 16 janvier 2018
Emmanuel Macron, lors de son déplacement à Calais le 16 janvier 2018 Crédit : Denis Charlet / AFP
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

"Ce que fait Macron, Sarkozy n'a même pas posé le faire". C'est avec ces propos que Benoît Hamon a fermement critiqué le projet de loi immigration, voulu par Emmanuel Macron. Avant lui, Christian Estrosi avait jugé qu'"en matière d'immigration et de droit d'asile, Macron va plus loin que la droite". 

Face à la grogne montante, Édouard Philippe avait reçu les associations à Matignon pour tenter d'apaiser les tensions. Mais ce fut un échec, puisque la réunion fut une "déception" pour le milieu associatif. C'est donc au tour d'Emmanuel Macron de défendre sa politique. En visite à Calais, ce mardi 16 janvier, le président de la République a tenu un discours "de vérité : la frontière est fermée et Calais ne peut plus être une destination pour les migrants", comme l'indique l'Élysée. Emmanuel Macron va-t-il plus loin que Nicolas Sarkozy ?

Pourquoi le projet de loi fait-il polémique ?

Le point de crispation concerne notamment la circulaire Collomb et le recensement des migrants dans les centres d'hébergement d'urgence. À l'antenne de RTL, le ministre de l'Intérieur assurait : "Aujourd'hui, nous ne savons pas qui sont dans ces centres d’hébergement d’urgence. On pense qu’il y a à peu près un tiers des personnes qui sont des réfugiés, donc qui pourraient être placés ailleurs et avoir droit au logement, avoir droit à  une vie normale, un tiers de déboutés du droit d’asile donc qui devraient pouvoir s’en aller, et un autre tiers dont il faut évaluer la situation".

À lire aussi
Des migrants dans le centre-ville de Nantes le 30 août 2018 Migrants
Nantes : évacuation en cours de 600 migrants du centre-ville

Autre point sensible : l'expulsion des déboutés du droit d'asile. "Bien sûr, je pense que ceux qui sont déboutés du droit d’asile doivent aujourd'hui être expulsés, déclare-t-il, plus de 14% d'éloignements sur les onze premiers mois de l’année". 

À lire aussi

Même du temps de Besson, Sarkozy, Hollande et Valls, on laissait survivre des campements

François Guennoc, vice-président de l'association "L'Auberge des migrants"
Partager la citation

Pour le vice-président de l'association "L'Auberge des migrants", François Guennoc, il n'y a pas de doute : Emmanuel Macron a franchi la ligne rouge. Joint par RTL, il déclare : "Même du temps de Besson, Sarkozy, Hollande et Valls, on laissait vivre et survivre des campements pendant quelques semaines et quelques mois, surtout pendant la période hivernale. Aujourd'hui, ce n'est plus le cas. On travaille dans la rue, dans les intempéries et sous une pression relativement forte des autorités".

Selon lui, "vous savez quand vous donnez une consigne en disant aux gens que les migrants doivent partir, vous avez des gens qui se lâchent, soit qui racistes, soit qui sont exaspérés par leur travail. La police travaille aussi dans de mauvaises conditions. Ça ne résout fondamentalement pas le problème, à savoir ces gens qui sont près de la frontière, comment fait-on pour qu'ils puissent accéder légalement à la Grande-Bretagne, soit pour leur permettre de demander l'asile en France". 

Un politique qui "n'est pas un projet de gauche"

Selon Benjamin Sportouch, rédacteur en chef adjoint du service politique de RTL, le projet immigration d'Emmanuel Macron est n'est "clairement pas un projet de gauche". Il ajoute : "Et même la droite, même Nicolas Sarkozy n'a pas osé aller jusque-là. Emmanuel Macron a surpris tout le monde. Les signaux qu'ils avait donnés n'allaient pas du tout dans ce sens". 

Pourquoi cette politique détonne-t-elle dans le quinquennat d'Emmanuel Macron ? "Pendant la campagne, il avait tressé des lauriers à Angela Merkel pour sa politique envers les migrants. Puis il avait parlé d'honneur de la France, que d'accueillir des réfugier. Enfin, cet été, il avait promis ne plus vouloir voir de réfugiés dans les rues, ni dans les bois", indique-t-il.

L'immigration, l'axe central du mandat de Sarkozy

Le rapprochement est fait avec Nicolas Sarkozy car l'ancien président de la République avait fait de l'immigration un thème phare de son quinquennat. "En mai 2007 est créé un ministère de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du Développement solidaire. En juillet 2010, lors du discours de Grenoble. Nicolas Sarkozy ose le rapprochement entre insécurité et 'immigration insuffisamment régulée depuis cinquante ans'. S'ensuivent des déchéances de la nationalité, un durcissement des critères d'accueil et la multiplication des expulsions d'étrangers", note Le Parisien.

D'après L'Obs, "en apparence, les discours d'Emmanuel Macron et Nicolas Sarkozy les séparent. Au ministère de l'Intérieur entre 2002 et 2004, puis à l'Élysée en 2007 et 2012, Nicolas Sarkozy a fait des coups de menton contre les immigrés sa spécialité". En cause notamment : le slogan "La France, tu l'aimes ou tu la quittes" et "la promesse d'expulser à tour de bras", souligne l'hebdomadaire. Lors de la campagne présidentielle de 2007, le candidat de l'UMP avait alors fait savoir son intention de créer un ministère de l'Immigration, de l'intégration, de l'identité nationale et du développement solidaire. Quelques mois plus tard, Brice Hortefeux en prendra la tête. 

Dans la foulée, lors du discours de Grenoble, il fera le lien direct entre immigration et délinquance. "Nous subissons les conséquences de cinquante années d'immigration insuffisamment régulée qui ont abouti à un échec de l'intégration", avait-il déclaré.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Immigration Emmanuel Macron Nicolas Sarkozy
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791855629
Sur l'immigration, Emmanuel Macron va-t-il plus loin que Nicolas Sarkozy ?
Sur l'immigration, Emmanuel Macron va-t-il plus loin que Nicolas Sarkozy ?
DÉCRYPTAGE - L'opposition assure qu'Emmanuel Macron va plus loin que Nicolas Sarkozy en matière d'immigration. Quels sont les points de crispation qui permettent aux détracteurs du Président de faire ce parallèle ?
https://www.rtl.fr/actu/politique/sur-l-immigration-emmanuel-macron-va-t-il-plus-loin-que-nicolas-sarkozy-7791855629
2018-01-16 14:53:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/e66mvhxRIQxw2Xo_L-7QlQ/330v220-2/online/image/2018/0116/7791858072_emmanuel-macron.jpg