1 min de lecture Emploi

Carrefour : Jean-Luc Mélenchon s'en prend à Bruno Le Maire sur RTL

INVITÉ RTL - Le leader de la France insoumise s'énerve après l'annonce de Carrefour de supprimer 2.400 emplois. "Repenser le modèle ne veut pas dire chasser les gens", lance-t-il.

Thomas Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Jean-Luc Mélenchon sur RTL : "Je ne crois pas que Carrefour soit menacé de mourir" Crédit Image : LIONEL BONAVENTURE / AFP | Crédit Média : Marc-Olivier Fogiel | Durée : | Date : La page de l'émission

Alexandre Bompard, le PDG de Carrefour, s'apprête à restructurer le premier distributeur de France et surtout premier employeur du secteur privé. Le géant de la distribution français a annoncé mardi 23 janvier 2.400 suppressions de postes en France via un plan de départs volontaires dans le cadre d'un "plan de transformation".

Une décision que n'accepte pas Jean-Luc Mélenchon. "Je ne crois pas que Carrefour soit menacé de mourir... C'est une espèce de campagne pour faire accepter une décision et la présenter comme inéluctable. Carrefour est un groupe très puissant, très riche", lance-t-il au micro de RTL.

Assurant que le géant français "reçoit encore de l'argent de l'État à robinets ouverts", le leader de la France insoumise poursuit : "Il n'y a donc pas de raison que, lorsqu'ils ont une difficulté, à supposé qu'ils en ont une car ils ont encore fait beaucoup de bénéfices, ils commencent par l'idée qui leur vient à l'esprit qui est de mettre les gens dehors. Repenser le modèle ne veut pas dire chasser les gens". 

Repenser le modèle ne veut pas dire chasser les gens

Jean-Luc Mélenchon
Partager la citation

Dès lors, c'est la méfiance qui habite Jean-Luc Mélenchon. "Je veux récuser l'idée d'après laquelle il faudrait licencier des gens pour que ce système fonctionne (...) Que les choses changent et bougent pourquoi pas, mais pourquoi faut-il en passer par des suppressions de poste ?", questionne-t-il. 

À lire aussi
emploi
Paris : entre 1.000 et 2.000 manifestants ont défilé contre les plans sociaux

Et si Bruno Le Maire assure que le gouvernement sera attentif à la situation des employés, le député contre-attaque : "Vous savez très bien que Bruno Le Maire n'a pas l'intention d'examiner le cas des 2.400 personnes qui vont être mises dehors (...) L'expérience nous a montré que plus souvent, ce sont des phrases déversées le jour où il y a l'émotion. Mais après, c'est fini, ils ne suivent plus".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Emploi Carrefour Jean-Luc Mélenchon
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants