1 min de lecture Immigration

Sommet migratoire : il n'y aura finalement pas de "hotspots" en Libye

À l'issue du sommet migratoire organisé lundi 28 août, un plan global a été adopté par les dirigeants de plusieurs pays africains et européens pour mieux appréhender les flux de migrants africains.

De gauche à droite : le président nigérien Mahamadou Issoufou, le président Tchadien Idriss Deby, le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel pendant le sommet migratoire le 28 août 2017.
De gauche à droite : le président nigérien Mahamadou Issoufou, le président Tchadien Idriss Deby, le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel pendant le sommet migratoire le 28 août 2017. Crédit : LUDOVIC MARIN / AFP
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

En déplacement à Orléans le 27 juillet dernier, Emmanuel Macron annonçait la création de "hotspots" aux frontières des pays africains et notamment en Libye, pour examiner les demandes des candidats à l'asile avant qu'ils n'entreprennent la traversée de la Méditerranée pour rejoindre l'Europe au péril de leur vie. Mais à l'issue du sommet migratoire organisé à Paris lundi 28 août, le Président a enterré cette idée, en partie.

Idriss Déby et Mahamadou Issoufou, chefs d'état tchadien et nigérien ont été conviés au sommet aux côtés de la chancelière allemande Angela Merkel, et les chefs de gouvernement italien et espagnol, Paolo Gentiloni et Mariano Rajoy. À peine discuté, le sujet des "hotspots" faisait déjà polémique au Niger et au Tchad. "Nous avons dit dès le début que nous étions contre ces 'hot spots', a déclaré le chef de la diplomatie tchadien Hissein Brahim Taha. Nous avons plus de 400.000 réfugiés au Tchad".

Des "missions de protection"

Face à ce désaccord, c'est un plan obéissant à une "approche globale de la migration et de l'asile", renforçant la coopération entre l'Afrique et l'Europe, qui a été adopté lors du sommet migratoire de Paris. La déclaration conjointe rédigée par les pays africains et européens prévoit l'instauration de "missions de protection" des migrants qui se dérouleront sous contrôle du Haut Commissariat aux Réfugiés des Nations Unies. 

À lire aussi
Des migrants dans le centre-ville de Nantes le 30 août 2018 Migrants
Nantes : évacuation en cours de 600 migrants du centre-ville

Il n'y aura donc pas de "hotspots" à proprement parler, comme le suggérait initialement Emmanuel Macron, mais des contrôles "en amont" aux frontières tchadiennes et nigériennes. L'objectif reste d'identifier les migrants qui peuvent être candidats à l'asile en Europe des migrants économiques qui eux, ne sont pas destinés à franchir la Méditerranée.

Devant les ambassadeurs réunis mardi 29 août pour leur conférence annuelle, Emmanuel Macron a annoncé que la supervision de ce projet de "missions de protection" sera confié à un ambassadeur spécifique, chargé de veiller à son bon déroulé.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Immigration Migrants Libye
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7789875511
Sommet migratoire : il n'y aura finalement pas de "hotspots" en Libye
Sommet migratoire : il n'y aura finalement pas de "hotspots" en Libye
À l'issue du sommet migratoire organisé lundi 28 août, un plan global a été adopté par les dirigeants de plusieurs pays africains et européens pour mieux appréhender les flux de migrants africains.
https://www.rtl.fr/actu/politique/sommet-migratoire-il-n-y-aura-finalement-pas-de-hotspots-en-libye-7789875511
2017-08-29 14:52:07
https://cdn-media.rtl.fr/cache/XGBxMLY36bUKtTbpnLo4Ng/330v220-2/online/image/2017/0829/7789875553_de-gauche-a-droite.jpg