3 min de lecture SNCF

SNCF : Macron esquisse un projet de réforme des retraites, les cheminots en colère

ÉCLAIRAGE - Emmanuel Macron envisage une vaste réforme de la SNCF, à commencer par la suppression rapide des régimes spéciaux de retraite.

Une agent de la SNCF à la Gare de l'Est à Paris (illustration)
Une agent de la SNCF à la Gare de l'Est à Paris (illustration) Crédit : ERIC PIERMONT / AFP
Claire Gaveau
Claire Gaveau
et Martial You

Les cheminots vont-ils devoir dire adieu aux régimes spéciaux de retraite ? Emmanuel Macron envisage en effet une vaste réforme de la SNCF. En première ligne, la suppression rapide des régimes spéciaux de retraite, un sujet très sensible pour le personnel qui doit aussi se préparer à l'ouverture à la concurrence. Le président de la République a dévoilé ses ambitions pour le groupe public dans un entretien avec des agents SNCF dans la revue interne du groupe, Les Infos Le Mag, relayé par Le Monde.

Emmanuel Macron défend en effet un projet de transformation profonde. "Nous demandons à SNCF d'aller plus loin sur les réformes, le statut, la mobilité, le régime de retraite", déclare-t-il dans cet entretien publié dans le numéro de juillet de la revue.

À court terme, il met l'accent sur la suppression à partir de l'an prochain des régimes spéciaux de retraite, dont bénéficient notamment les cheminots. En échange, il propose que l'État reprenne la dette de la SNCF et accentue les investissements publics vers l'entretien des lignes. La SNCF ploie sous une dette de 44,9 milliards d'euros pour SNCF Réseau et 7,9 milliards d'euros pour SNCF Mobilités. "Ce qui a été acquis dans les régimes passés reste acquis et vous cotisez à un nouveau régime. Je pense que c'est très important, parce que cela va redonner de la confiance dans le système", a-t-il déclaré, évoquant un "top départ" de la réforme à la mi-2018 ou début 2019.

Une bombe sociale

Évidemment, cette annonce apparaît comme une véritable bombe sociale. Et l'information sort quelques jours avant la grande manifestation du 12 septembre contre la loi Travail, ce qui n'est sans doute pas un hasard. Mais ce n'est pas une surprise non plus car le candidat Macron avait indiqué dans son calendrier des réformes qu'il s'attaquerait d'abord au Code du travail, puis aux allocations chômage et ensuite aux retraites. C'est donc la réforme qui va occuper le gouvernement au début 2018.

À lire aussi
Sophie Vouzelaud, ex-dauphine Miss France SNCF
SNCF : une ex-dauphine de Miss France sourde accuse un contrôleur de l'avoir discriminée

En fait, la révision des régimes spéciaux s'inscrit dans une réforme plus globale des retraites. Emmanuel Macron souhaite un système "par point" c'est-à-dire que chaque année cotisée pour les retraites correspondra au même nombre de points cumulés.

Ce départ en retraite anticipé qu'on avait permettait de compenser en partie nos conditions de vie et travail

Marc, un cheminot de la SNCF
Partager la citation

Dans les faits, cela aboutit à supprimer les régimes spéciaux qui permettent notamment de partir plus tôt à la retraite. "Ce départ en retraite anticipé qu'on avait permettait de compenser en partie nos conditions de vie et travail. Cette semaine, je travaille six jours d'affilé, je suis un jour sur deux chez moi...", déplore d'emblée Marc, un cheminot, au micro de RTL. Il poursuit : "Peut-être que je pourrai toujours partir à 61,5 ou peut-être 63 ou 65, je n'en sais rien, mais avec une retraite encore moindre à ce que je pourrai prétendre aujourd'hui".

Une position qui l'inquiète alors qu'il attend "une réponse offensive" de la part des cheminots mais aussi de la population en général. "À travers les cheminots, ce sont tous les régimes spéciaux et toutes les retraites qui sont attaqués", critique-t-il. 

Castaner calme le jeu

Face à la grogne générale, le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, a cependant modéré les propos du Président dans ce dossier explosif des régimes spéciaux. Il évoque en effet de simples "pistes de réflexion" et appelle dès lors à ne pas "s'emballer" assurant qu'aucun arbitrage n'avait été rendu et qu'il n'existait "aucune annonce particulière ni d'élément de calendrier nouveau".

La réforme du régime spécial des cheminots fait partie de "l'ensemble du projet de réforme des retraites" qui fera l'objet "d'une loi cadre présentée à l'été 2018, avec une montée en puissance dans les 10 ans qui viennent", a-t-il ajouté. Mais le gouvernement n'entend pas rester inactif et compte nommer la semaine prochaine en conseil des ministres un haut commissaire chargé de préparer cette réforme.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
SNCF Emmanuel Macron Retraites
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants