1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Service national universel : "À quel prix et pour quoi faire ?", interroge Alba Ventura
2 min de lecture

Service national universel : "À quel prix et pour quoi faire ?", interroge Alba Ventura

ÉDITO - Le projet de service national (une promesse présidentielle) est sur le bureau d'Emmanuel Macron. Une des questions posées concerne le coût de ce projet, séduisant sur le papier.

Un volontaire reçoit ses vêtements militaires, le 15 octobre 2015 à Montigny-les-Metz
Un volontaire reçoit ses vêtements militaires, le 15 octobre 2015 à Montigny-les-Metz
Crédit : AFP / JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN
Service national universel : "À quel prix et pour quoi faire ?", interroge Alba Ventura
00:03:05
Service national universel : "À quel prix et pour quoi faire ?", interroge Alba Ventura
00:03:02
Alba Ventura & Loïc Farge

Ça y est. Le rapport sur le "service national" est sur le bureau du Président Macron. Les experts mandatés par l'Élysée ont rendu leur travail jeudi 26 mai de manière assez discrète. A priori, on devrait avoir quelque chose. Si mes souvenirs sont bons, Emmanuel Macron a été élu sur une promesse : "Je dis ce que je vais faire, et je fais ce que j'ai dit".

Le service national, il en a fait la promesse pendant sa campagne. Il voulait du "régalien" pour la jeunesse de France. Il voulait un service d'un mois obligatoire encadré par l'armée. Alors bien sûr, il ne s'agissait pas de reproduire le service militaire où l'on apprenait à se lever à l'aube, à faire son lit au carré, à cirer ses chaussures, où l'on apprenait à tirer, à faire des bivouacs pour jouer à la guerre.

La rédaction vous recommande

L'idée de cette promesse, c'était plutôt d'apprendre le collectif, de transmettre des valeurs républicaines et civiques, de faire du sport, de savoir réagir en cas de situations de crise, d'apprendre les gestes qui sauvent.

Difficile de tenir une promesse de campagne

Sur le papier, c'est séduisant. Symboliquement, c'est intéressant. Le problème d'une promesse de campagne, c'est qu'une fois arrivé au pouvoir, on ne sait plus très bien comment faire. C'est comme ça que l'on a eu trois rapports qui n'avaient rien à voir les uns avec les autres.

À écouter aussi

Le Président est passé d'un mois obligatoire à six mois obligatoires. De son côté, le premier ministre a aussi commandé un rapport. Et il y a même des parlementaires qui se sont auto-saisis, avec l'idée d'un "parcours citoyen" plutôt qu'un service national. D'où la difficulté de tenir une promesse de campagne.

Ce service pourrait durer de un mois à six mois en fonction de l'engagement

Alba Ventura

Cette fois, on croit comprendre que c'est bien la promesse de campagne qui est privilégiée : un service national d'un mois obligatoire. On nous dit "environ" un mois obligatoire - dont une partie en internat - et plus si affinités. Ce qui veut dire que ce service pourrait durer de un mois à six mois en fonction de l'engagement.

Sondage
Un mois de service national universel : est-ce bien utile ?*

On a compris par ailleurs que l'armée n'était pas très partante. L'armée avait fait savoir de manière assez ferme qu'une armée de métier n'a pas vocation à s'occuper d'adolescents ou de post-ados. À quel degré sera-t-elle partie prenante dans ce projet ? Tout cela, c'est Emmanuel Macron qui doit le trancher, courant mai apparemment.

Une question d'arbitrage

Combien cela va-t-il coûter ? C'est toute la question. Vous savez, pour qu'une promesse de campagne s'applique il faut qu'elle se traduise simplement. Mais il faut aussi qu'elle rentre dans les clous budgétairement. Surtout lorsque vous avez été élu sur une autre promesse, celle du contrôle budgétaire.

Entre les milliards pour l'hôpital, pour l'école et pour les banlieues, on se demande bien combien seront consacrés au service national. On parle, pour ce service national, de 2,4 milliards à un peu plus de 3 milliards.

Tout va être une question d'arbitrage. Le service national verra le jour, d'une manière ou d'une autre, mais à quel prix ? Et donc pour faire quoi ? Il ne faudrait pas que la montagne accouche d'une souris.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/