1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Service national : une commission statuera "sur la manière de le structurer"
1 min de lecture

Service national : une commission statuera "sur la manière de le structurer"

REPLAY - INVITÉE RTL - La ministre des Armées Florence Parly confirme la création d'une commission pour mettre en place "de manière très progressive" le service national d'un mois voulu par Emmanuel Macron.

Florence Parly, invitée de RTL le 14 juillet 2017
Florence Parly, invitée de RTL le 14 juillet 2017
Crédit : Camille Kaelblen / RTLnet
Florence Parly se dit "satisfaite" du budget de l'armée en 2018
01:44
Le général de Villiers peut-il rester en place ? La réponse se la ministre des Armées Florence Parly
00:35
Florence Parly était l'invitée de RTL le 14 juillet 2017
15:07
L'invité de RTL du 14 juillet 2017
15:10
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin

Lors de sa campagne pour la présidence de la République, Emmanuel Macron formulait son intention de créer un service national universel d'une durée d'un mois. "C'est un sujet dont nous allons débattre tout bientôt, puisque nous allons lancer une réflexion sur la manière de structurer ce service national universel", annonce Florence Parly, ministre des Armées, invitée de RTL ce vendredi 14 juillet à l'occasion de la fête nationale. Cette dernière rappelle l'intention du chef de l'État de créer "un service national obligatoire pour la jeunesse, "qui améliore le lien armée-Nation, le renforce (...) et qui en même temps permette aux jeunes de mieux s’insérer dans la vie active".

Lors d'une conférence qui réunissait jeudi 13 juillet les représentants de l'armée française, le président de la République a annoncé qu'il souhaitait réunir une commission pour mettre en place ce projet. "Ce qui est certain, c'est que cette commission devra réfléchir en intégrant une dimension de défense mais aussi d’autres aspects, puisque c'est une politique interministérielle qui concerne de très nombreux domaines de l’action publique de l’État", affirme Florence Parly, qui évoque notamment les ministères du Travail et de l’Emploi, de l'Éducation nationale et de l'Enseignement supérieur.

Sur le plan budgétaire, ce service national universel devrait coûter quelque trois milliards d'euros. La ministre se refuse toutefois à commenter la répartition de ces dépenses entre les différents ministères concernés. Une réserve qui traduit la mise en place "très progressive" - des mots-mêmes de la ministre - de ce projet qui fera l'objet, dit-elle, d'"un certain nombre d'expérimentations".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/