3 min de lecture Élections sénatoriales

Sénatoriales 2017 : la droite majoritaire, pas de percée pour REM... Découvrez les résultats

Les grands électeurs devaient renouveler 171 sièges sur les 348 que compte le palais du Luxembourg lors des sénatoriales, qui se sont tenues dimanche 24 septembre.

Le président du Sénat, Gérard Larcher, en novembre 2016
Le président du Sénat, Gérard Larcher, en novembre 2016 Crédit : LIONEL BONAVENTURE / AFP
Claire Gaveau
Claire Gaveau
et AFP

Le scrutin devait renouveler les visages de près de la moitié des sénateurs. Ce dimanche 24 septembre, les élections sénatoriales concernaient 171 sièges sur les 348 que compte le palais du Luxembourg. Si le scrutin ne s'adressait pas aux Français directement, 76.000 "grands électeurs" étaient appelés aux urnes, sous peine d'une amende de 100 euros en cas d'abstention. Parmi eux, 95% sont en réalité des conseillers municipaux alors que les conseillers régionaux, les députés et les sénateurs eux-même complètaient le panel électoral.

La majorité de droite au Sénat sort renforcée dimanche des élections sénatoriales, où La République en marche d'Emmanuel Macron a en revanche subi un sérieux revers, très loin de ses objectifs initiaux. Le Parti socialiste a plutôt bien résisté après ses cuisantes défaites à la présidentielle et aux législatives de juin.
Seule membre du gouvernement en position éligible, Jacqueline Gourault a été réélue dans le Loir-et-Cher. La ministre auprès du ministère de l'Intérieur a récolté 50,58%

Le détail des résultats

"Les grands électeurs ont conforté la majorité sénatoriale", a clamé le président du Sénat Gérard Larcher (LR), promettant "une majorité exigeante et positive". Principaux bénéficiaires du scrutin, Les Républicains comptent désormais 159 sénateurs, soit 17 de plus que dans le Sénat sortant. L'UDI en compte 50 (+8) et 4 non inscrits portent la majorité sénatoriale à 213 élus de la droite et du centre

REM perd un siège et se retrouve à 28 élus. Cela constitue donc une forte déception pour le parti d'Emmanuel Macron, qui n'a pas réussi à s'imposer au Sénat : "Nous allons travailler à construire des majorités d'idées en rassemblant le plus possible de sénateurs autour des réformes que nous portons pour transformer notre pays", a réagi le parti du chef de l'État. Si ce dernier s'est gardé de commenter les résultats, son entourage a jugé auprès de l'AFP que le résultat était "sans surprise" et "la conséquence arithmétique des élections de 2014 et 2015". 

À lire aussi
Sénatoriales en Alabama : pourquoi la défaite républicaine est une claque pour Trump États-Unis
Alabama : pourquoi la défaite républicaine est une claque pour Donald Trump

Les socialistes limitent les dégâts et reviendront à 81 au Sénat (-5), restant la deuxième force du palais du Luxembourg. Avec 12 élus, les communistes perdent 6 sièges mais conservent leur groupe. Les radicaux du RDSE en perdent 4 avec 12 élus également. Les écologistes n'ont plus que 4 élus

Si Marine Le Pen s'est félicitée d'avoir une "vraie augmentation en voix", le Front national n'a pas réussi à remporter de nouveaux sièges dans ces élections sénatoriales. "Nous avons progressé grâce à nos bons scores aux différents scrutins. Tout ceci me renforce dans l'idée que l'implantation locale est une absolue priorité", a indiqué la présidente du parti, députée du Pas-de-Calais depuis juin. Le Sénat renouvelé ne comptera, comme depuis 2014, que deux élus FN. 

Rossignol, Benbassa, Kanner... Ils sont réélus

Parmi les anciens ministres, deux ont déjà été réélus. La socialiste Laurence Rossignol a été réélue sénatrice de l'Oise, selon les résultats du ministère de l'Intérieur. La liste de l'ex-ministre de la Famille arrive derrière celle d'Edouard Courtial (LR) qui a deux élus, avec Nadège Lefebvre, et celle d'Olivier Paccaud (dissident LR), également élu.

Même constat pour l'ancien ministre André Vallini, réélu sénateur dans l'Isère, ou encore Patrick Kanner dans le Nord. Marie-Noëlle Lienemann, qui est l'une des figures de la fronde du précédent quinquennat, a également été réélue sur la liste socialiste qui a récolté 24,33% des suffrages à Paris. À la chambre haute, elle va incarner une opposition forte à la politique d'Emmanuel Macron.

Chez Europe Écologie-Les Verts, Esther Benbassa sera elle aussi de retour au palais du Luxembourg. La sénatrice écologiste, très active sur les questions de société, a été réélue à Paris avec 8,56% des scrutins. Chez les communistes, Pierre Laurent a été réélu à Paris.

À droite, le président du Sénat sera encore au palais du Luxembourg. Gérard Larcher, favori à sa succession, a en effet été réélu dans les Yvelines pour un cinquième mandat. La liste qu'il menait a emporté 57,94% des suffrages aux sénatoriales, ce qui lui permet d'emporter cinq sièges au total. Le dernier siège à pourvoir dans le département est allé à Martin Lévrier, qui menait une liste de La République en marche. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections sénatoriales Résultat Sénat
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants