1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Selon Jean-Marie Le Pen, abandonner le nom du Front national serait "criminel"
2 min de lecture

Selon Jean-Marie Le Pen, abandonner le nom du Front national serait "criminel"

Dans une interview accordée au journal "Rivarol", à paraître jeudi 24 décembre, l’ancien président du Front national a qualifié de "criminel", un éventuel changement du nom du parti.

Jean-Marie Le Pen le 25 janvier 2015 à Paris
Jean-Marie Le Pen le 25 janvier 2015 à Paris
Crédit : ALAIN JOCARD / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL

"Tout cela est non seulement ridicule, mais un tel changement serait criminel", lance Jean-Marie Le Pen à Rivarol. Dans une interview accordée au journal, à paraître jeudi 24 décembre, le fondateur du Front national s’oppose sans concession à l’abandon du nom du Front national. Ce changement ne "serait pas se tirer une balle dans le pied, mais carrément une balle dans la tête".

"Les deux personnes qui s'avancent pour demander de changer le nom du Front national n'en font pas partie, mais lui doivent leur siège, aussi bien Robert Ménard à Béziers que Gilbert Collard dans le Gard. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils n'ont vraiment pas la reconnaissance du ventre, poursuit Jean-Marie Le Pen. "S'ils s'étaient présentés sous leur propre couleur, (ils) auraient fait tchoufa comme on disait en Algérie".

Robert Ménard et Gilbert Collard qualifiés "d’authentiques traîtres"

Au début du mois de décembre, Robert Ménard, appelait Marine Le Pen à changer le nom du parti avant l'élection présidentielle de 2017. "Tout cela doit se faire avant la présidentielle, et vite, afin de créer les conditions d'une victoire de Marine Le Pen, la seule à être en capacité de l'emporter et de redresser la France", expliquait le maire de Bézier dans Valeurs Actuelles. L’idée est également défendue par Gilbert Collard, député du Gard. "C'est le meilleur moyen pour les empêcher de manipuler les peurs. Ces gens-là (le gouvernement, NDLR) surfent sur les peurs", a-t-il estimé au journal L'Opinion le 15 décembre dernier.


Une idée absurde pour Jean-Marie Le Pen car selon lui "le Front national n'a jamais été aussi fort qu'il l'est aujourd'hui sous son drapeau. Il n'y a que les maisons en faillite qui changent de nom. Si certains le prônaient ouvertement à l'intérieur du Front national, ils se révéleraient comme d'authentiques traîtres".

Si la direction du Front national abandonne le nom, je le récupérerai

Jean-Marie Le Pen, ancien président du Front national
À lire aussi

Florian Philippot, vice-président du Front national, n'a pas exclu vendredi 18 décembre, un changement de nom du parti, estimant que "rien n'est tabou", mais laissant à Marine Le Pen la décision d'ouvrir ou non le débat. Jean-Marie Le Pen ne compte pas lâcher aussi facilement le nom du parti, inchangé depuis sa création en 1972. "Une chose est sûre, si la direction du FN abandonne le nom, je le récupérerai. J'ai un certain droit d'antériorité", a-t-il conclu. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/