1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Selon Alain Duhamel, l'Europe est à un moment "critique" de son parcours
1 min de lecture

Selon Alain Duhamel, l'Europe est à un moment "critique" de son parcours

ÉDITO - Pour l'éditorialiste, le sommet de Bratislava est un moment politique grave pour toute l'Europe.

Alain Duhamel
Alain Duhamel
Crédit : Damien Rigondeaud
Selon Alain Duhamel, l'Europe est à un moment "critique" de son parcours
03:26
L'Edito d'Alain Duhamel du 16 septembre 2016
03:28
Alain Duhamel & La rédaction numérique de RTL

L'Europe se retrouve désormais sans le Royaume-Uni, ou presque. Londres n'a pas encore déclenché l'article 50 du Traité de Lisbonne. Cependant, à Bratislava cette semaine, ils étaient 26 pays à se réunir, et non plus 27. Une rencontre, symbole d'un changement. "Le sommet de Bratislava traduit un moment grave" pour l'Union européenne, indique Alain Duhamel. "C'est pour cela que les principaux dirigeants européens se sont exprimés de la sorte. Merkel a parlé d'un 'moment critique', François Hollande a évoqué un 'risque de dislocation'". Selon l'éditorialiste, le Brexit du 23 juin a été un choc, mais il traduit aussi un échec, et un problème. "Et ce n'est pas le seul problème", explique-t-il. "Il y en a d'autres qui préoccupent les Français et les Européens, comme la pression migratoire, les problèmes de développement économique". À Bratislava, Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne a même parlé de "fragmentation" de l'Europe. "Il y a les pays du nord et de l'est, les pays latins, puis l'Allemagne", précise Alain Duhamel.

Risque d'enlisement ?

À la question, "y-a-t-il un risque d'enlisement de l'Europe", Alain Duhamel répond oui. Selon lui, si pour l'instant le Royaume-Uni joue la montre en ne déclenchant pas l'article 50 du Traité de Lisbonne, l'enlisement se fera sentir dans deux ou trois ans, quand le pays sera effectivement sortie de l'Union. Mais avant cela, le risque reste bien présent : "en France par un risque d'alternance, en Allemagne par une coalition... et puis l'Espagne n'a toujours pas de gouvernement, et l'Italie va jouer prochainement à pile ou face". Seul le 60ème anniversaire du traité de Rome en 2017 pourrait être l'occasion de voir de nouvelles initiatives fleurir afin d'empêcher l'UE de sombrer.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/