1 min de lecture Seine-Saint-Denis

Seine-Saint-Denis : pourquoi Marine Le Pen se méprend sur le nombre de "quartiers difficiles"

FACT CHECKING - Retour sur les propos tenus par la présidente du Front national lors du "banquet populaire et patriote", le 1er mai à Paris.

>
Seine-Saint-Denis : pourquoi Marine Le Pen se méprend sur le nombre de "quartiers difficiles" Crédit Image : SIPA | Crédit Média : Cyprien Cini | Durée : | Date :
245300_CINI
Cyprien Cini
et Loïc Farge

Quelque 2.000 frontistes, d'après le FN, étaient réunis dimanche 1er mai porte de la Villette à Paris pour un "banquet patriote et populaire". À cette occasion, la présidente du parti a lancé : "De l'autre côté du périphérique, à côté de nous, en Seine-Saint-Denis, il y a 278 quartiers dits difficiles". Par "quartier difficile", au sens statistique et objectif du terme, il y a la définition de l'Insee qui les englobe dans des zones urbaines sensibles, classées ainsi en raison des difficultés que connaissent leurs habitants.

À l'intérieur de ces zones urbaines sensibles, il y a des quartiers recensés par l'Insee dans un rapport de mai 2015. Il y est dit que dans le département de Seine-Saint-Denis, on compte 63 quartiers difficiles. C'est beaucoup moins que le chiffre avancé par Marine Le Pen.

En revanche, en additionnant tous les quartiers difficiles de toute la région Île-de-France (Paris compris), on arrive à 269. Un nombre plus proche de celui avancé par la présidente du FN. Sauf que ce dernière ne parle, à tort, que de la seule Seine-Saint-Denis.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Seine-Saint-Denis Île-de-France Cités
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants