1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Ségolène Royal souhaite l'installation de portiques dans les gares nationales et internationales
2 min de lecture

Ségolène Royal souhaite l'installation de portiques dans les gares nationales et internationales

La ministre de tutelle des Transports, Ségolène Royal, a relancé mardi l'idée d'installer des portiques de sécurité dans les gares pour contrôler l'accès aux TGV nationaux et internationaux.

Ségolène Royal, à l'Assemblée nationale
Ségolène Royal, à l'Assemblée nationale
Crédit : ERIC FEFERBERG / AFP
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin

Devra-t-on bientôt se soumettre aux mêmes contrôles que dans les aéroports avant de prendre le train ? Afin de renforcer la sécurité dans les gares, au lendemain des attentats à Paris qui ont coûté la vie à 129 personnes, la ministre de tutelle des Transports, Ségolène Royal, a réactualisé sa proposition d'installer des portiques de sécurité dans les gares. Elle avait déjà émis cette idée fin août, après l'attentat raté dans le Thalys qui reliait Amsterdam à Paris.

Des "portiques doivent être posés, avec le contrôle des sacs en particulier, plus le passage des gens dans les portiques", a-t-elle décidé. La ministre envisage avant toute chose d'équiper les TGV nationaux et internationaux. "Toutes les lignes internationales doivent être couvertes, et tous les TGV. L'objection qui consiste à dire "il y a trop de passagers" a été levée", a assuré Ségolène Royal à l'AFP. "Cela se fait pour les trains internationaux et je pense que cela doit se faire aussi pour les trains en France", a affirmé Ségolène Royal sur iTélé

Un déploiement "quasi immédiat"

En août, Ségolène Royal avait demandé à la SNCF d'étudier la mise en place des portiques après l'attentat déjoué dans le Thalys Amsterdam-Paris. La ministre a pour cela convoqué un groupe de travail afin "d'étudier l'ensemble des technologies disponibles en intégrant la problématique de gestion des flux", a expliqué un porte-parole de la SNCF. La compagnie ferroviaire doit remettre des conclusions et propositions à la ministre en début de semaine prochaine. Le rapport contiendra des recommandations sur le personnel qui doit se trouver à côté des portiques. Une fois la décision prise, le déploiement pourrait être "très rapide", "quasi immédiat", assure Ségolène Royal.

Une généralisation des portiques paraît, en revanche, difficilement envisageable pour les trains de banlieue et TER, en raison du nombre élevé de voyageurs, et des délais d'attente que nécessitent ces contrôles. "Malgré tout, j'ai demandé qu'on fasse l'évaluation", a précisé Ségolène Royal, indiquant attendre la remise du rapport "pour savoir éventuellement comment on étend vers d'autres trains, très fréquentés, aux heures de pointe".

Une expérimentation dès le début 2016

À lire aussi

La SNCF explique aussi qu'elle "va solliciter ses homologues des pays dans lesquels roule le Thalys (Belgique, Pays-Bas et Allemagne, ndlr) afin d'étudier la mise en place de portiques". Par ailleurs, "nous allons lancer, dans une des grandes gares parisiennes, un test de faisabilité de contrôle des entrants venant de la rue", ajoute le porte-parole de la SNCF: "On va s'inspirer d'une étude qu'on a menée et qui recense les dispositifs mis en place à l'étranger". Cette expérimentation pourrait démarrer début 2016. Ni le système testé, ni la gare, n'ont encore été choisis. 

L'Assemblée nationale devait débuter le 24 novembre l'examen de la proposition de loi contre le terrorisme et contre la fraude dans les transports  publics, mais a annoncé mardi son report à une date non déterminée

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/