3 min de lecture Alain Juppé

Sarkozy, Fillon, Copé... L'UMP de plus en plus désunie

Depuis un an et les défaites aux élections présidentielle et législatives, l'UMP est soumis à de fortes perturbations internes. Et cela ne semble pas près de s'arrêter.

Devant le siège de l'UMP, à Paris.
Devant le siège de l'UMP, à Paris. Crédit : AFP / Archives, Miguel Medina
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et Sylvain Chazot

L'Union pour un mouvement populaire a-t-elle vécue ? La guerre entre Jean-François Copé et François Fillon, à l'automne dernier, pour la présidence de l'UMP, aura fortement médiatisé les dissidences internes du premier parti de la droite française. Mais le feu couve encore, comme en témoignent certains récents épisodes. 

Fillon candidat "quoiqu'il arrive"

La déclaration de l'ancien Premier ministre, jeudi 9 mai, annonçant depuis le Japon qu'il sera "quoi qu'il arrive" candidat en 2017, aura ravivé les tensions entre copéistes (sarkozistes ?) et fillonistes.

"Moi je n'ai qu'une idée, dans mes fonctions de président de l'UMP (...) c'est de rassembler" et " de préparer les élections municipales de 2014", a ainsi assuré Jean-François Copé, signifiant à demi-mots que l'élection présidentielle de 2017 n'était pas encore à l'ordre du jour.

>
Jean-François Copé : "La priorité aujourd'hui, c'est 2014" Crédit Image : dailymotion | Crédit Média : Jérôme Chapuis | Date :

Cette annonce fait surtout écho aux mots de François Fillon dans le documentaire Nicolas Sarkozy, secrets d'une présidence. Dans ce film, l'ancien Premier ministre prend ses distances avec l'ex-chef de l'Etat. "Je lui ai donné plusieurs fois ma démission", insiste le député de Paris. Comme si François Fillon voulait se dédouaner du bilan de Nicolas Sarkozy. Comme s'il préparait, déjà, sa campagne pour l'Elysée. 

L'ombre de Sarkozy

À lire aussi
La chronique de Laurent Gerra du 12 juillet 2019 humour
La chronique de Laurent Gerra du 4 juillet 2019

Il n'est plus président depuis plus d'un an. Mais Nicolas Sarkozy n'a, semble-t-il, jamais quitté le débat politique français. Lui-même laisse planer le doute sur un éventuel retour en politique. "Soit sa candidature revêt une forme d'évidence pour le bien du pays, soit ce n'est pas le cas", assure un proche de l'ancien président au Parisien, dimanche. La Pax Sarkozy serait donc de mise ? Pas si sûr. 

Régulièrement, les fidèles sarkozistes louent les qualités de l'ancien chef de l'Etat. Un jour, c'est Rachida Dati qui présente Nicolas Sarkozy comme "le meilleur d'entre nous" – surnom déjà donné par Jacques Chirac à Alain Juppé. Un autre, c'est Nadine Morano qui n'imagine pas l'ancien président devoir passer par une primaire. Et puis il y a ces petits mots dévoilés à la presse. Début mai, Nicolas Sarkozy aurait ainsi traité François Fillon de "loser". Ambiance. 

Les soutiens à Henri Guaino

Samedi, 105 députés UMP ont signé une lettre ouverte à destination du procureur de la République de Paris. Dans cette missive, les parlementaires apportent leur soutien à Henri Guaino face au juge Gentil, en charge de l'affaire Bettencourt. L'UMP compte 196 députés à l'Assemblée nationale. Cela signifie donc que 91 parlementaires ont choisi de ne pas soutenir l'ancienne plume de Nicolas Sarkozy.  Parmi eux : François Fillon et Nathalie Kosciusko-Morizet. 

Hervé Mariton, qui n'a pas signé cette lettre, a expliqué son choix, samedi, sur l'antenne de RTL. "Les mots utilisés par monsieur Guaino n'étaient pas très heureux (…) Quand on critique quelqu'un pour ce qu'il dit, on n'est pas obligé d'utiliser le même ton", a dit le député de la Drôme. 

>
Mariton explique pourquoi il n'a pas signé la lettre de soutien à Guaino Crédit Média : Raphaël Vantard | Durée : | Date :

Les seconds couteaux s'impatientent

Le calife absent, les ambitieux impatients de prendre sa place se bousculent au portillon. Il y a François Fillon et Jean-François Copé, évidemment. D'autres s'ajoutent à la liste des impétrants : Xavier Bertrand, très populaire auprès des militants UMP et  Alain Juppé, père fondateur du parti, aujourd'hui considéré comme l'inévitable sage.

Citons aussi Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate à la mairie de Paris ou encore Bruno Lemaire, représentant cette "nouvelle" droite moins conservatrice. Bref, de nombreux noms et autant d'ambitions. Beaucoup pour un parti sans tête mais entêté à retrouver le pouvoir. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Alain Juppé François Fillon Jean-François Copé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7761329407
Sarkozy, Fillon, Copé... L'UMP de plus en plus désunie
Sarkozy, Fillon, Copé... L'UMP de plus en plus désunie
Depuis un an et les défaites aux élections présidentielle et législatives, l'UMP est soumis à de fortes perturbations internes. Et cela ne semble pas près de s'arrêter.
https://www.rtl.fr/actu/politique/sarkozy-fillon-cope-l-ump-de-plus-en-plus-desunie-7761329407
2013-05-12 13:31:13
https://cdn-media.rtl.fr/cache/UTI6DSUrduWJvGkHX8JO4g/330v220-2/online/image/2012/1219/7756049227_devant-le-siege-parisien-de-l-ump.jpg